Mais pourquoi les Français cartonnent-ils à l'US Open ?

Mais pourquoi les Français cartonnent-ils à l'US Open ?

BLEU BLANC ROUGE – La France possède quatre représentants qualifiés pour les huitièmes de finale de l'US Open dans le tableau masculin, du jamais vu. L'air new-yorkais aurait-il des vertus sur les performances de nos tennismen français ?

Il y a trois mois de cela, à Roland-Garros, Gasquet, Simon, Tsonga et Monfils, les fameux quatre mousquetaires, atteignaient simultanément, pour la première fois de leur carrière, les huitièmes de finale d'un Grand Chelem. A New York, ils sont encore quatre tricolores à se présenter en deuxième semaine, mais le casting a légèrement évolué. Exit Simon et Monfils, sortis par la petite porte dès le premier tour, souhaitez la bienvenue à Benoît Paire, qui découvre donc les joies d'un quatrième tour du Grand Chelem pour la première fois de sa vie à 26 ans, tandis que Chardy, Gasquet et Tsonga conservent leur rang par rapport à Roland Garros. Une prestation unique en son genre à l'US Open. On avait jamais vu un contingent français autant garni à ce stade du tournoi.

Mais que nous vaut cette embellie soudaine alors que le Majeur américain n'a finalement jamais vraiment souri à nos tricolores ? Si l'on prend au cas par cas, les explications sont diverses et variées et parfois un peu inattendues quand on se réfère par exemple au parcours de Benoît Paire. Irrégulier, imprévisible et (un peu) fou, le 42e mondial, tombeur de Kei Nishikori au premier tour, considère aujourd'hui qu'il est "un nouveau Benoît". Mais encore ? Terminés les raquettes cassées, les sautes d'humeur intempestives, ses monologues sur le court ? Pas totalement, car Paire sans ce caractère volcanique ne serait rien, mais ambitieux comme jamais après avoir écumé les tournois Futures cet hiver, il savoure, tout en regardant loin. "Atteindre la 2e semaine d'un Grand Chelem, c'était vraiment un objectif pour moi. Mais je n’ai pas envie de m'arrêter là." Nous non plus.

Les Grands Chelems, une motivation supplémentaire pour Tsonga

Pour cela, il devra quand même venir à bout de Jo-Wilfried Tsonga, qu'il n'a jamais battu en deux confrontations. Celui qui atteint pour la quatrième fois de sa carrière les huitièmes de finale de l'US Open fait son bonhomme de chemin, sans faire de bruit. Nieminen, Granollers, Stakhovsky ont été engloutis, alors qu'il sortait de deux tournois ratés à Cincinnati où il est éliminé par Verdasco au premier tour et à Winston-Salem, Steve Johnson l'avait écarté en huitièmes de finale. Et comme par enchantement, le Tsonga version Grand Chelem a sorti le grand jeu cette semaine. "Naturellement, inconsciemment, les Grands Chelems, ça augmente la motivation. Essayer d'aller en chercher un, ça reste un objectif fort.. Il y a toujours un extra de motivation" a-t-il mis en avant pour commenter sa régularité lors des Majeurs, avec six huitièmes de finale lors des sept derniers Grand Chelem. A dimension nationale, on fait difficilement mieux que le 18e mondial.

EN SAVOIR + >> Tsonga, Paire et Chardy s'éclatent à New York

Du côté de Jérémy Chardy, 28 ans, demi-finaliste surprise à Montréal il y a un mois, l'explication à cette réussite est à la fois technique mais également tirée d'un objectif personnel qu'il avait établi en arrivant dans la Big Apple. Et qu'il a parfaitement rempli. "En arrivant ici, on m'a dit que c'était le seul huitième de finale de Grand Chelem qui me manquait donc on avait envie d'y arriver. Je suis content d’avoir désormais atteint les 8es dans tous les tournois du Grand Chelem. J'ai changé ma raquette aussi et j'ai beaucoup plus de contrôle." Il en aura bien besoin pour tenter de venir à bout de Marin Cilic, tenant du titre, qu'il affrontera sur le court Arthur Ashe sur lequel il n'a jamais évolué.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 600.000 personnes vaccinées en 24h en France, un nouveau record

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

"Vous lui avez volé sa vie" : la famille d'Arthur Noyer interpelle Nordahl Lelandais

Disney : le baiser de Blanche-Neige fait polémique

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.