Marathon de Paris : 52 jours pour être prêt

Marathon de Paris : 52 jours pour être prêt

DirectLCI
SPORT - 2013, année des challenges, surtout si vous faites partie des 50 000 inscrits au Marathon de Paris. A sept semaines du top départ, Metro fait le point de ce qu’il reste à faire avant le jour J, le 7 avril prochain.

Si vous ne deviez retenir qu’un mot à cinquante-deux jours de votre premier marathon, ce serait le mot "test". Pour être serein dans votre sas de départ, testez à tout-va. Du short à la crème pour les pieds, en passant par les gels énergétiques et le laçage des baskets.

"Les footings longs (plus d’une heure trente) sont un excellent moyen pour découvrir quels sont les points de frottement", explique Jean-Baptiste Tréboul, rédacteur en chef de Jogging International *. Un tee-shirt, un corsaire et même vos dessous préférés peuvent à la longue irriter la peau et vous faire souffrir le martyre. Il en va de même pour la musique. Si elle est agréable au début, elle peut aussi devenir insupportable après trois heures d’effort. Enfin, "optez pour une paire de basket avec laquelle vous avez déjà fait plusieurs sorties et pensez aussi au laçage. Plus ou moins souple" recommande t-il. Autant savoir avant votre course quel est votre niveau de tolérance.

La diététique, un précieux allié

"Un effort sur un marathon nécessite une alimentation et une hydratation adaptées. Là encore, pas de stress, vous avez le temps de tester les gels, les barres et autres produits énergétiques qui vous conviendront le jour de la course", conseille Jonathan Tryoen, coach sportif (www.trycoaching.fr) et triathlète sur le circuit pro en 2013. Une fois trouvés, n’en changez plus. "De 300 millilitres à 400 millilitres de boisson et 0,7 grammes de glucides par heure et par kilo de masse corporelle sont une bonne base pour tenir la distance". Pour faire simple, « pour un coureur de 70 kilos, ce sont 50 grammes de glucides, accompagnés de 300 à 400 millilitres d’eau, le tout réparti dans l’heure", précise-t-il.

Avant le départ, "il faut s’échauffer car les muscles doivent être chauds", explique Philippe Le Van, médecin, membre de la Commission médicale du CNOSF et en poste à l’Insep. "Le premier marathon, c’est quand même une incroyable aventure", alors en course, être raisonnable est un atout. "L’objectif est d’être bien au 35e kilomètre. Sachant que les derniers à parcourir sont toujours difficiles [rires], concède celui qui a plus d’une dizaine de marathons au compteur. Mais pour aller au bout, il faut rester sur son rythme personnel", rappelle-t-il. Fiez-vous à votre cardio-tensiomètre. A l’arrivée, "pensez à bien vous couvrir et à vous hydrater au maximum. Vous devrez récupérer tout ce que vous aurez perdu en eau et en sels".

*Hors série Jogging International spécial Marathon,disponible en kiosques. 5 euros.

Plus d'articles