Marion Bartoli : "J'adore Twitter et Instagram"

Marion Bartoli : "J'adore Twitter et Instagram"

SPORT
DirectLCI
E-REPUTATION - A 29 ans, Marion Bartoli a pris sa retraite tennistique il y a presque sept mois. Très active sur le Web (elle compte notamment près de 49.000 abonnés à son compte Twitter), la gagnante de Wimbledon en 2013, devenue depuis consultante sur Eurosport, arrive à la deuxième place de la catégorie des sportives selon le baromètre de popularité des femmes sur Internet. Interview.

Quels réseaux sociaux utilisez-vous et comment ?
J'adore Twitter. C'est un média extrêmement interactif, rapide. J'adore ça et Instagram ! La photo de moi qu'avait postée Usain Bolt sur son compte avait accumulé 30 000 likes en un jour. Je passe du temps tous les jours sur les comptes de marques ou de magazines. C'est variable, mais je vais m'y connecter plusieurs fois dans la journée. Au minimum, j'y passe globalement une heure par jour. Je n'ai malheureusement pas le temps de réagir à tous les messages mais ceux que je trouve rigolos, j'y réponds. Et si j'ai une info à donner, je fais un tweet. Personne d'autre que moi ne le fait à ma place. C'est moi qui m'exprime, qui dit ce que je ressens à ce moment-là.  

Jeune retraitée, passeriez-vous autant de temps sur Internet si vous étiez en activité ?
Quand j'ai gagné Wimbledon, je le faisais tout autant. Et c'est même grâce à Twitter que j'ai pu rencontrer les joueurs de l'OM, après un tweet d'André-Pierre Gignac. Si je n'avais pas lu les messages sur mon compte Twitter, je ne me serais pas retrouvée à participer à une séance d'entraînement avec le club de mon cœur une semaine plus tard. Comme quoi Twitter a de nombreux atouts !

Quand vous avez remporté Wimbledon, êtes-vous allée voir ce qui se disait de vous sur Internet ?
Non. Après une victoire, évidemment, on tombe sur des messages de félicitations, mais quand vous perdez, les commentaires sont bien moins agréables. Donc je préfère ne pas avoir la vanité d'aller jeter un œil sur chaque article écrit sur moi mais je dois avouer que j'ai consulté les petits clips-vidéo qu'avait fait ESPN, mais c'est tout.

Sur le même sujet

Lire et commenter