Messi quitte le Barça : qu'est-ce que le "salary cap", qui a fait échouer la prolongation du joueur ?

Messi quitte le Barça : qu'est-ce que le "salary cap", qui a fait échouer la prolongation du joueur ?

EXPLICATIONS - Ce vendredi, au lendemain de l'annonce du départ de l'Argentin, le président du FC Barcelone, Joan Laporta, a mis en cause la Liga et le contrôle qu'elle exerce sur les clubs pour qu'ils limitent leur masse salariale.

Le FC Barcelone en sait quelque chose : le talent s'achète à prix d'or et le conserver coûte bien plus cher encore. Car si Lionel Messi devrait bel et bien quitter la Catalogne dans les prochains jours, c'est pour une histoire de (très) gros sous : le club n'avait plus les moyens de garder son joueur, a détaillé son président, Joan Laporta, en conférence de presse ce vendredi 6 août.

"Notre situation économique est affreuse", a expliqué le dirigeant de l'entreprise aux 715,1 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019/2020, selon le cabinet Deloitte. Un montant qui place le FCB en tête du classement à l'échelle européenne, mais fait aussi figure d'arbre cachant la forêt.

Toute l'info sur

Messi rejoint le PSG

Car le Barça, club de football le plus riche du monde, selon Forbes, est aussi l'un des plus endettés. Et alors que la crise sanitaire a creusé davantage les finances de toutes les écuries sportives, le "salary cap" a rendu certaines habitudes impossibles. Ce dernier mécanisme, également en vigueur en France, est contrôlé en Espagne par la Liga, instance qui chapeaute le football ibérique. 

Il implique que les clubs ne dépassent pas une certaine masse salariale, qui comprend les émoluments des joueurs, mais aussi ceux des autres salariés de l'entreprise, ainsi que les primes, notamment. La somme n'est toutefois pas fixe : le site Goal.com précise que chaque année, tous les clubs espagnols proposent à la ligue un montant ensuite approuvé ou rectifié par l'instance du football, dans le but d'assurer la stabilité financière des écuries sportives.

Les règles de régulation de la Liga ne nous donnent aucune flexibilité- Joan Laporta

Seulement, comme l'a bien expliqué Joan Laporta, les finances du Barça se portent mal. Certes, le FCB fait toujours recette, mais la crise sanitaire, notamment, a fait fondre les rentrées d'argent de tous les clubs, particulièrement en matière de billetterie. Dès lors, et aussi parce que le Barça s'est offert les services de nombreux et couteux joueurs au cours des années passées, la Liga a changé son fusil d'épaule, abaissant drastiquement la masse salariale du club catalan, l'année passée, de 347 à 160 millions d'euros.

"Notre masse salariale ne nous permet aucune marge. Les règles de régulation de la Liga ne nous donnent aucune flexibilité", a d'ailleurs confirmé Joan Laporta, vendredi, assurant que si l'entreprise n'a pu "valider le contrat sur lequel il s'était entendu avec Lionel Messi", c'est parce qu'il devait "respecter les règles de fair-play financier de la Liga"

Si le Barça vend un joueur pour 100 millions d'euros, il ne pourra en dépenser que 25- Javier Tebas

D'autres mécanismes entrent également en jeu, dont l'un était résumé par le président de l'instance, Javier Tebas, en juin dernier. "Nous avons à la Liga une règle spéciale quand un club dépasse la masse salariale maximale établie : il ne peut dépenser que 25% des revenus enregistrés (ou des économies réalisées)", expliquait le dirigeant au micro d'une émission de radio.

Et de poursuivre : "Donc si le Barça vend un joueur pour 100 millions d'euros, il ne pourra en dépenser que 25. (...) Et à l'inverse, si le Barça veut recruter un joueur qui lui coûte 25 millions d'euros par saison, alors il doit trouver 100 millions en transferts ou en économies salariales."

Lire aussi

Cette précision, Joan Laporta l'a effectivement abordée vendredi, pour justifier son échec à conserver Lionel Messi. S'il a assuré avoir tenté de libérer la somme nécessaire à la prolongation de La Pulga, "ce n'est pas facile de renégocier des contrats sur lesquels des joueurs de l'effectif avaient déjà accepté des réductions", a-t-il fait valoir.

Et puisque la masse salariale actuelle du club lui ponctionne "95 % de ses revenus" sans Lionel Messi dans l'effectif, a poursuivi le chef d'entreprise, "avec ce qui était prévu pour Léo, la masse salariale aurait été équivalente à 110% des revenus du club". Résultat : le génie argentin va devoir trouver un nouveau point de chute à même d'assurer le salaire titanesque que le Barça était prêt à lui verser : entre 70 et 100 millions d’euros, selon différentes sources.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.