Michael Schumacher : ce que l'on sait depuis son départ vers la Suisse

SPORT
BILAN - Après cinq mois et dix-huit jours passés au CHU de Grenoble à la suite d'un accident de ski, Michael Schumacher quitté la France direction la Suisse. Depuis son arrivée à Lausanne, il a dix jours, de nouvelles informations ont été révélées concernant le champion allemand. Metronews fait le point...

Déplacement : le grand secret
Lundi 16 juin au matin, Michael Schumacher arrivait à Lausanne. Après cinq mois et dix-huit jours passés au CHU de Grenoble, l'ex-pilote de Formule 1 a été amené vers la Suisse dans un contexte digne d'une opération des renseignements secrets. La société helvète qui a effectué son transport a d'abord reçu un contrat concernant un passager enregistré sous un faux nom. En arrivant dans le chef-lieu de l'Isère, chaque membre de la société prestataire a dû remettre son téléphone portable pour éviter les fuites. En Suisse, l'Allemand devrait se rapprocher de son domicile. Une condition sine qua non pour une bonne convalescence dans ce type de cas nous expliquait le neurologue Philippe Azouvi.

Santé : vers l'invalidité ?
Au mois d'avril, sa manager Sabine Kehm avait évoqué des moments de conscience et d'éveil. Aucun média n'a rebondi sur le sujet pour expliquer que ces mots correspondaient à la définition même de la sortie du coma. Si Schumacher a quitté l'hôpital de Lausanne c'est bien parce que cette période d'inconscience était terminée. La procédure veut même qu'avant de sortir de l'établissement il eût été placé en dans une salle régulière. Depuis plusieurs jours les informations sur son état de santé réel divergent. Son ami Olivier Panis avançait il y a huit jours qu'il ne sera pas handicapé. 'On m'a dit qu'il n'était pas touché au niveau de la motricité et qu'il ne sera pas dans un fauteuil roulant', expliquait-il. Quatre jours plus tard un éminent neurologue suisse se voulait catégorique sur le sujet  : ''Schumacher restera invalide pour le reste de sa vie. Il est resté près de six mois dans le coma, ses muscles sont atrophiés et il semblerait qu'il soit squelettique. Il serait mieux que les gens gardent en mémoire le Schumi des vieilles photos…''


Communication : "no comment !"
"Nous demandons à tous de bien vouloir, à l'avenir, respecter le fait que cette longue phase de réadaptation ne se déroulera que dans le cadre privé", écrivait Sabine Kehm dans un communiqué. En quittant la France, la famille Schumacher pensait pouvoir établir une bulle autour de Michael. Contrairement à son arrivée à l'hôpital de Grenoble, ni les médecins, ni l'entourage n'ont communiqué sur l'état de santé du champion. L'établissement hospitalier avait pourtant mis en place une cellule pour répondre, ou la plupart du temps recaler les journalistes et autres fans trop insistants. Au milieu de la première semaine, celle-ci a ainsi mis fin à toute communication sur le sujet. Les médias qui étaient restés en alerte devant le CHUV durant les deux premiers jours du séjour suisse de ''Schumi'' n'ont eux rien pu apprendre.

Sécurité : sous bonne garde
Pour entamer sa phase de réadaptation, le clan allemand a voulu se donner les moyens d'évoluer dans des conditions sereines. Il a ainsi privatisé tout une aile du centre hospitalier qui bénéficie d'un service de neuro-rééducation de pointe dont  les accès sont en permanence filtrés par des membres de la sécurité.

Espionnage, la famille prête à attaquer
Selon nos informations, parmi les journalistes qui faisaient le pied de grue devant le CHUV de Lausanne, deux ont tenté de franchir les portes gardées par le service de sécurité. Au CHU de Grenoble, déjà, un paparazzi avait tenté de le faire. Lundi, Le Dauphiné Libéré révélait que le CHU avait porté plainte pour vol et violation du secret médical . En cause, le vol du dossier médical de Schumacher, qui selon Bild aurait été proposé à la presse allemande moyennant une somme proche de 50 000 euros. ''Nous ne pouvons présumer de leur authenticité, mais le contenu d'un fichier médical quel qu'il soit est totalement privé et ne peut pas être rendu public, a expliqué Sabine Kehm, qui prévient que tous ceux qui achèteraient ou publieraient des documents confidentiels seront poursuivis. Les chances de ne pas le voir sortir semblent pourtant infimes.

Son dossier médical : détenu par un certain Kagemusha
Depuis une semaine, les autorités françaises enquête sur la disparition du dossier médical de Michael Schumacher. Elles ont été alertées par le quotidien allemand Bild qui a reçu, par mail, une partie des éléments contenus dans ce rapport. En effet, l'expéditeur, qui se fait appeler Kagemusha, en référence à un film primé en 1980 au Festival de Cannes, a fait le tour de rédaction le tour des rédactions suisses, françaises et allemandes pour vendre les informations. La police tente de retracer le parcours du dossier médical pour savoir entre quelles mains il a transité. De son côté, l'hôpital a mené un audit interne pour en savoir plus et fait expertiser son système informatique par des experts, qui ont pu déterminer qu'aucune intrusion n'avait eu lieu. Seul un nombre restreint de personne a pu avoir accès à ces documents confidentiels, enregistrés sous un faux nom. Le dernier en date est Jérémy Martin. 

Lire et commenter