Michael Schumacher : l'enquête classée sans suite

Michael Schumacher : l'enquête classée sans suite

DirectLCI
JUSTICE - Le parquet a classé sans suite l'enquête sur l'accident de ski de Michael Schumacher, excluant toute responsabilité d'un tiers. La famille conserve la faculté d'agir au civil alors que le champion allemand de F1 est toujours "en phase de réveil" à l'hôpital de Grenoble.

Voilà, c'est fini ? Du point de vue judiciaire du moins, et encore... Ce lundi, le procureur de la République d'Albertville (Savoie), Patrick Quincy, a en tout cas annoncé que la procédure d'enquête ouverte le 29 décembre pour faire la lumière sur les causes et les circonstances ayant conduit au terrible accident de ski de Michael Schumacher a été classée sans suite. "Aucune infraction n'a été relevée à l'égard de quiconque. L'accident s'est produit en zone hors piste, assure-t-il ainsi dans un communiqué. La signalisation, le balisage, le jalonnement et l'information donnée sur les limites de cette piste étaient conformes aux normes françaises en vigueur." Une issue prévisible qui n'empêcherait toutefois pas la famille de l'ex-pilote d'engager des poursuites au civil.

L'enquête contredit les porte-paroles de Michael Schumacher

"Le rocher qui a provoqué sa chute et celui qu'il a heurté de la tête sont distants de 10,40 mètres l'un de l'autre et sont respectivement situés à 4,50 mètres de la limite de la piste rouge Chamois non loin de laquelle il évoluait", précise encore le communiqué. Dans les faits, le parquet indique donc très officiellement que Michael Schumacher a fait un choix délibéré de franchir une zone interdite sans qu'un tiers n'ait été impliqué d'une manière ou d'une autre. Au-delà du jargon juridique, il faut noter qu'il remet en cause l'affirmation des porte-paroles du champion de Formule 1 selon laquelle il était en train de porter secours à une skieuse. Autant d'éclaircissements étalés sur la place publique alors qu'ils seraient restés confinés à l'anonymat d'un simple constat d'assurance dans la plupart des cas.

L'attention médiatique peut désormais entièrement se porter sur l'état de santé de la star, "toujours dans une phase de réveil" consistant à diminuer les sédatifs qui lui sont administrés, selon les dernières nouvelles transmises jeudi par Sabine Kehm, la porte-parole du clan Schumi . Derrière le discours officiel, c'est un autre débat qui se dessine : celui portant sur l'état cérébral initial du pilote, sans doute déjà abimé par un accident de moto et surtout par 400 courses de F1. C'est un mois après l'accident qu'avait été enclenchée la phase de réveil (ou de sortie du coma artificiel). Il s'agira ensuite d'essayer de communiquer avec lui au moyen de stimulations verbales mais, selon plusieurs neurologues, une première amélioration pourrait mettre entre un et trois ans à se manifester.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter