Michael Schumacher : sur la piste du dossier médical disparu

SPORT
AFFAIRE - Une semaine après le dépôt de plainte de l'hôpital et de la famille Schumacher, les autorités françaises cherchent à retrouver la trace du dossier médical de l'ex-pilote F1. Mais surtout de son détenteur qui se fait appeler "Kagemusha".

Une chasse à l'homme. Pendant que l'individu en possession du dossier médical de Michael Schumacher fait le tour des rédactions françaises, suisses et allemandes, la police française mène l'enquête pour retrouver sa trace. Depuis la semaine dernière, et les dépôts de plaintes de l'hôpital de Grenoble et la famille de l'ancien champion de F1, elle est sur le pont.

"Le ou les auteurs du vol ont contacté un certain nombre de journalistes français, suisses et allemands. Cet individu, qui communique par mail, demande 60 000 francs suisses (49 300 euros, ndlr) pour fournir le document", déclarait mercredi Jean-Yves Coquillat, procureur à Grenoble.

Le vendeur se fait appeler Kagemusha

"Pour appuyer ses propos, l'individu en possession du rapport a fourni une partie du contenu, ce qui permet de penser qu'il est en possession du dossier", poursuit le magistrat. Et même si rien n'est encore établi, tout laisse penser que les informations confidentielles ont bien été volées au CHU de Grenoble.

Les autorités françaises privilégient désormais une éventuelle coopération avec les médias qui ont reçu le fameux mail pour faire progresser l'enquête. "Si dans un souci de coopération, pour lutter contre ce genre de voyous, des journalistes voulaient aider la justice, la justice ne refuserait pas leur aide", a déclaré M. Coquillat. Dans cette affaire, le quotidien allemand Bild a déjà grandement contribué, en informant la porte-parole de Michael Schumacher, Sabine Kehm, que lesdits documents étaient en possession d'un individu prêt à les marchander. 

Selon les dernières précisions, il ne s'agirait pas du dossier médical intégral du patient mais de son brouillon, qui a passé plusieurs heures dans une poubelle de l'hôpital. Pour ne pas se faire repérer, ce dernier a choisi un drôle de pseudonyme : "Kagemusha", en référence à un film du Japonais Akira Kurosawa, Palme d’or à Cannes en 1980.

Jérémy Martin alias Michael Schumacher

Sur le terrain, l'enquête se dirige donc du côté de l'établissement hospitalier. Pour l'heure, les policiers grenoblois tentent de retracer le parcours du rapport médical, en interrogeant les personnes qui auraient pu l'avoir entre les mains. Dans le même temps le CHU mène un audit informatique interne.

La direction de l'établissement a également procédé à une vérification de son système informatique par des experts pour détecter toute intrusion. Mercredi en fin de matinée, elle a conclu que son système n'avait pas été violé.

Pourtant, seul un nombre restreint de personnes a pu avoir accès à ce dossier qui était enregistré sous un faux nom, changé de façon régulière. Selon une source proche de l'enquête, le dernier pseudonyme en date était Jérémy Martin.

Lire et commenter