Mahé, Remili, Gérard : face à la Suède, les hommes de l'ombre ont pris la relève

SPORT

Toute L'info sur

La France au Mondial de hand

HANDBALL – Difficiles vainqueurs de la Suède mardi soir (33-30), les Experts ont été portés par un banc de qualité pour décrocher leur place dans le dernier carré du Mondial. Focus sur les prestations de Kentin Mahé, Nedim Remili et Vincent Gérard, décisifs dans le money-time.

On attendait Nikola Karabatic, Michaël Gigou ou encore Thierry Omeyer. Mais au moment de creuser un écart rédhibitoire en fin de rencontre mettant à mal les derniers espoirs suédois, ce sont eux qui se sont révélés déterminants dans le précieux succès des Bleus en quart de finale du Mondial mardi soir (33-30). Eux, ce sont Kentin Mahé, Nedim Remili ou encore Vincent Gérard. Chacun à leur manière – et dans des registres bien différents - ils ont contribué à porter l’estocade finale dans ce fameux money-time habituellement dédié aux cadres de l’équipe de France de handball.

La performance la plus marquante est probablement à mettre à l'actif de Mahé, adroit en attaque (2/3) mais surtout auteur d'un impressionnant sans faute aux jets de sept mètres (7/7). Ses quatre penalties réussis lors des dix premières minutes de la seconde période ont permis à la France, alors à la peine (15-17), de se remettre sur la voie du succès (21-19). "C'est un exercice où il faut être audacieux. L'audace est très importante et je pars du principe que je n'ai rien à perdre. Il ne faut jamais trembler, que ce soit serré ou pas", a souligné le joueur de Flensburg, titulaire surprise au coup d’envoi de la rencontre. Et c'est encore lui qui a égalisé à dix minutes du terme (26-26) alors que les Bleus étaient au bord de la rupture et avaient vu les Scandinaves reprendre les devants. La copie rendue par le fils de Pascal Mahé a frôlé la perfection.

Il n'y a rien de spécial à retenir de ma prestation- Vincent Gérard

De son côté, Nedim Remili avait gardé le meilleur pour la fin. Maladroit avec le ballon et régulièrement poussé à la faute, le jeune arrière droit du Paris Saint-Germain (21 ans) a tout d’abord balbutié son handball avant de se montrer décisif en seconde période au cours de laquelle il a inscrit six buts dont quatre dans le dernier quart d’heure à l’aide de son puissant bras gauche. "J'ai la confiance de mes partenaires donc même si je perds des ballons, je reste concentré et je ne doute pas. L'ensemble des jeunes et des joueurs avec moins de sélections ont un rôle à jouer et quand les cadres nous donnent le ballon, on doit se l'approprier", explique-t-il. 

Mais aucun n'aurait toutefois pu briller autant sans la performance de Vincent Gérard, qui a parfaitement pallier l’énorme passage à vide traversé par Thierry Omeyer mardi soir (2/15). Entré à cinq minutes de la mi-temps, le gardien de Dunkerque a réalisé deux arrêts pour maintenir le bateau bleu à flot à la pause. En seconde période, il en a ajouté sept autres dont un capital à douze minutes du terme quand la France était menée d'un but. Mais, fidèle à ses habitudes, il s'est montré modeste. "Quand tu es deuxième gardien, il faut toujours se tenir prêt à rentrer à n’importe quel moment. Je ne suis pas un spectateur VIP. Mais il n'y a rien de spécial à retenir de ma prestation. Il n’y a pas à nourrir de satisfaction personnelle dans un projet collectif." Contre la Slovénie jeudi soir en demi-finales du Championnat du monde, nul doute qu'il faudra (encore) compter sur eux.

Voir aussi

En vidéo

Handball : Ils l'ont fait ! Les bleus sont en demi

Lire et commenter