Mondiaux 2015 : ces Experts en matches couperets

Mondiaux 2015 : ces Experts en matches couperets

HANDBALL - Brouillonne en première phase, l’équipe de France a attendu son 8e de finale face à l’Argentine pour montrer le niveau d’un potentiel champion du monde. Car plus l’enjeu est grand, meilleurs sont les Bleus.

C’est toujours la même histoire. Mettez-leur un peu d’enjeu, et voilà : les Bleus, parfois si moribonds, jamais trop réguliers en tout cas lors du premier tour, se transforment en tueurs sanguinaires quand la compétition s’accélère. Première à en avoir fait les frais en 8es de finale : l’Argentine de Sebastian Simonet, écrabouillée (33-20) dès l’entame . ‘’On a cru qu’on pouvait battre les Français. On s’est vite aperçu qu’on s’était trompés, qu’il n’y avait pas la place de rêver’’, déplorait l’arrière sud-américain. Son nom s'ajoute à la liste de victimes d’une série incroyable : depuis leur titre européen en 2006, les Bleus ont remporté 20 de leurs 24 matches à élimination directe.

Intégré l’an dernier seulement dans une grande compétition, Mathieu Grébille, 23 ans, a vite appris la leçon. ‘’C’est comme être au bord du trottoir ou au bord d’une falaise… Dans un des deux cas, on n’a pas le droit au faux-pas’’, sourit le Montpelliérain. Et le ‘’rouleau compresseur’’ évoqué par le capitaine Jérôme Fernandez lundi soir se met en marche, comme si c’était naturel. ‘’Dans les regards, les attitudes, on sent tout le monde plus concentré, plus présent, reprend Grébille. On s’encourage, on se lève tous du banc au moindre but pour se féliciter. Dans ces moments-là, ce ne sont plus les réglages techniques qui comptent, mais l’intensité qu’on met.’’

Une réunion des joueurs sans le staff

Si le dernier match de poule face à la Suède avait permis de hausser le niveau général, la véritable bascule a eu lieu lundi… avant le match. ‘’On s’est réunis entre joueurs, avant de partir à la salle, sans le staff, raconte Xavier Barachet. En général on le fait une fois par compétition. Jérôme (Fernandez) a parlé, d’autres anciens aussi. Ils ne nous ont rien dit de particulier mais nous ont rappelé nos devoirs.’’ Comme une preuve que les vieux, le capitaine en tête, ne sont pas encore inutiles . ‘’Ils sont toujours là pour les jeunes, mais encore plus quand arrivent ces matches-là’’, estime Barachet.

Ce mardi, les Bleus ont donc continué leur routine avec une matinée de récupération, une visite de l’ Aspire de Doha , de la vidéo et un entraînement. ‘’Dans ces moments-là, tout le monde se renferme un peu pour se concentrer. Mais, en même temps, il y a beaucoup d’échanges, poursuit le gaucher. C’est paradoxal mais ce sont ces petits détails qui peuvent faire la différence.’’ Les journées sont plus longues, tant il y a peu pour se distraire dans la capitale du Qatar, mais savourées. ‘’On reste regroupés car même si ça fait un gros mois qu’on est ensemble, il ne reste que quelques jours et ce sont les meilleurs.’’ Une victoire face à la Slovénie mercredi permettrait de prolonger encore le plaisir des Bleus.

EN SAVOIR + >> Toute l'actualité de l'équipe de France de handball

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La Chine reconnaît que le variant Omicron va compliquer l'organisation des JO d'hiver à Pékin

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.