Monfils, Ancelotti, Anelka… Ce que vous avez raté ce samedi 18 janvier

Monfils, Ancelotti, Anelka… Ce que vous avez raté ce samedi 18 janvier

DirectLCI
SPORT - C'est la mi-temps. La moitié de la journée vient de s'écouler, l'arbitre a renvoyé tout le monde aux vestiaires, il est temps de faire le point. Entre un jus de citron et une petite collation, voici cinq infos que metronews a retenues pour vous.

Qu’ils se nomment Ancelotti, Ronaldinho ou Anelka, les footballeurs font dans la polémique en ce début de weekend. Certains plus futilement que d’autres. Heureusement, Usain Bolt et Gael Monfils sont là pour apporter un peu d’humour et de respect. Voici tout ce que vous avez raté dans l'actualité sportive ce samedi matin.

  • Nadal trop fort pour Monfils. C’était le match de la nuit à l'Open d'Australie et Gaël Monfils n’a rien pu faire face à Rafael Nadal (6-1, 6-2, 6-3). Il a très bien joué, fait très peu de fautes, il a été agressif quand il le fallait... C'était très dur. Pour moi, aujourd'hui, il était imbattable. J'ai donné mon maximum. Il était trop fort. On appelle ça de la résignation, ou de l’admiration.
     
  • Ancelotti tacle les joueurs français. Interrogé sur ses différentes expériences, lui qui a entraîné en Italie, en Angleterre, en France et en Espagne, Carlo Ancelotti s’est offert un petit tacle sur les joueurs français. Pas assez professionnels selon lui. Ils n'avaient pas une mentalité de gagnants. L'entraînement était à 11 h 00 du matin. Ils arrivaient à 10 h 30 puis repartaient à 12 h 30 ou 13 heures Ce n'était pas facile de leur dire de rester plus longtemps pour bien manger, bien récupérer, tous les jours. Au travail les Français…
     
  • La quenelle cause de chômage pour Anelka ? Selon le magazine financier britannique Marketing week , repris par le Times et le Guardian , le sponsor de West Bromwitch Albion aurait menacé le club de retirer ses billets si Nicolas Anelka n’était pas licencié suite à sa quenelle. Zoopla, site d’investissement immobilier, est dirigé par Alex Chesterman un homme d’affaires de confession juive, qui n’a pas du tout apprécié le geste de l’ex-international Bleu. Il a fixé comme ultimatum la rencontre de lundi soir du club face à Everton.
     
  • Ronaldinho ne fait pas rire les féministes. Ronaldinho dans une piscine, avec cinq jeunes femmes devant lui, les fesses bien en évidence. Cette photo vous dit quelque chose ? Sans doute. Si elle n’a étonné personne, elle a en revanche fâché les féministes brésiliennes qui exigent des excuses de Eonnie. C’est son agent de frère, Roberto de Assis qui s’est livré à l’exercice. "Quel est le problème ? Est-ce que je trouve la photo bien ? Oui. Ronaldinho était en vacances, il est célibataire, il est heureux et en paix avec la vie." Le Brésil, une autre culture…
     
  • Usain Bolt peut tout jouer. Usain Bolt est la star d’une nouvelle campagne de pub de Virgin dans les pays anglophones. Rein de bien surprenant jusque-là, sauf que le Jamaïcain n’y joue pas moins de cinq rôles. Le sien, son grand-père, ses deux petits frères et sa mère. Le tout avec beaucoup d’humour.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter