Nadal, le (re)conquistador

Nadal, le (re)conquistador

DirectLCI
TENNIS - Rafael Nadal entame sa saison sur terre battue, mercredi à Monte-Carlo, où le numéro 1 mondial sera en reconquête, un an après sa défaite en finale contre Novak Djokovic. Blessé au dos en début d'année, l'Espagnol arriverait presque sur la pointe des pieds en Principauté.

"C'est ma partie préférée de la saison", assure Rafael Nadal. Et pour cause, l'Espagnol retrouve à compter de mercredi, avec son entrée en lice dans le Masters 1000 de Monte-Carlo face au Russe Teymuraz Gabashvili, sa surface de prédilection, celle sur laquelle il a bâti sa légende : la terre battue. Le tournoi monégasque fait office de rampe de lancement vers ce qui constituera le point d'orgue de la saison sur ocre, Roland-Garros. Une levée du Grand Chelem que "le Taureau de Manacor", fort de ses 8 succès glanés du côté de la porte d'Auteuil, abordera avec le statut de grandissime favori. Comme chaque année.

Pourtant, avant Paris, Nadal va devoir retrouver la confiance. Un objectif qui pourrait paraître saugrenu quand on s'arrête sur les chiffres : Nadal est un solide numéro un mondial et 2014 lui a déjà permis de remporter deux titres (Doha et Rio de Janeiro). Le natif des Baléares affiche en outre un bilan plus que positif avec 21 victoires pour seulement 3 défaites.

"Vous en connaissez des carences chez Djokovic ? Moi non"

Mais voilà, l'homme aux 67 millions de dollars de gains en tournois se fait prudent à l'heure d'entamer son opération reconquête sur le Rocher. Il n'oublie pas que des problèmes au dos l'ont par exemple empêché de défendre pleinement ses chances en finale de l'Open d'Australie, remportée fin janvier par le Suisse Stanislas Wawrinka . L'Espagnol a même eu recours à des infiltrations pour se soigner.

Désormais débarrassé de cette blessure, Nadal n'arrive pas pour autant en terrain conquis dans la Principauté. L'an dernier, Novak Djokovic avait mis fin à son règne de 8 ans en le dominant en finale, une performance de nouveau réalisée par le Serbe, étincelant, fin mars à Miami . "Vous en connaissez des carences chez Djokovic ? Moi non en tout cas, a lancé dimanche 'Rafa'. Ce n’est pas grave, je devrai juste jouer mon meilleur tennis, être agressif, jouer long, bien défendre." La recette est connue, à l'Espagnol de l'appliquer pour continuer à transformer l'ocre en or.

Plus d'articles