Natation : des soupçons entourent le sacre du Chinois, Ning Zetao, sur 100m nage libre

SPORT
SUSPICIONS – Ning Zetao est devenu champion du monde du 100 mètres nage libre, ce jeudi à Kazan en Russie. Mais le passif du Chinois, suspendu un an pour dopage, escorte son succès d'une certaine défiance.

La ville russe de Kazan est le fief de la natation chinoise. Le pays asiatique truste le devant de la scène de ces Championnats du monde - qui s'achèvent ce dimanche - avec une première place (provisoire) au classement des médailles (26 dont 12 or, 10 argent, 3 bronze). Une nouvelle breloque suprême a été apportée par Ning Zetao, vainqueur du 100 mètres nage libre en 47"84. Mais les déboires du nageur - premier Chinois couronné dans cette épreuve - remontent à la surface et jettent un trouble sur la légitimité de sa victoire. En 2011, il avait été contrôle positif au clenbutérol avec pour sanction, une suspension d'un an pour dopage.

Des prestations abouties en 2014

En devançant l'Australien Cameron McEvoy (2e en 47"95) et l'Argentin Federico Grabich, (3e en 48"12) dans une finale qui ne comptait aucun Français, Zetao a signé une performance de premier plan qui s'inscrit dans la lignée de ses derniers résultats. Il a glané le statut de premier Asiatique à passer en-dessous de la barre symbolique des 48 secondes - 47.65 en octobre octobre (et meilleure performance mondiale de l'année 2014) - lors des Jeux du continent, dans lesquels il s'était particulièrement distingué avec médailles d'or quatre médailles d'or (50m, 100m, relais 4x100m et relais 4x100m 4 nages). Malgré les soupçons qui escortent sa victoire, la présomption d’innocence est de mise.

A LIRE AUSSI
>>
Stravius et Gilot absents de la finale du 100m

Lire et commenter