Natation : le relais Bleu champion du monde en petit bassin

Natation : le relais Bleu champion du monde en petit bassin

DirectLCI
NATATION - Premier rendez-vous réussi pour les Français à Doha où se déroulent les Mondiaux en petit bassin. Mercredi, la bande à Florent Manaudou a dominé le relais 4 x 100 m nage libre.

Avoir quatre gamins dont vous avez l’entière responsabilité et qui battent la Russie, les Etats-Unis, l’Italie, le Brésil, c’est un petit coup de coeur”, a reconnu fièrement Romain Barnier, entraîneur en chef de l’équipe de France mais également coach des quatre garçons à Marseille. Grâce à ce nouveau quatuor, composé de Clément Mignon, Fabien Gilot, Manaudou et Mehdy Metella, la France a glané sa douzième médaille en autant de participations sur cette distance ces dix dernières années.

Les Bleus se sont imposés en 3 min 03 sec 78, soit un nouveau record en Championnat du monde petit bassin, devant la Russie (3:04.18) et les Etats-Unis (3:05.58), dans une toute petite ambiance et devant un public très restreint à l’Hamad Aquatic Center. Les Français ont une fois encore joué les outsiders. Et toujours avec talent. Manaudou en tête.

"A croire que je suis peut-être le porte bonheur de l’équipe de France du 4x100m crawl !" 

Le quadruple médaillé d’or européen en 2014 a parfaitement débuté sa quête d’or au Qatar en s’offrant son troisième titre d’affilée sur cette épreuve collective après l’Euro-2014 grand bassin et les Mondiaux-2012 petit bassin. “A croire que je suis peut-être le porte bonheur de l’équipe de France du 4x100m crawl ! C’est une régalade à chaque fois, entre Marseillais ce (mercredi) soir, c’était encore mieux”, s’est réjoui le sprinteur, parti en troisième position et qui a bombé le torse et gonflé ses muscles une fois la touche victorieuse de Metella, qui a assuré en finisseur.

Ce relais, champion olympique, du monde et d’Europe en titre en grand bassin, était pourtant celui qu’on n’attendait pas à Doha. A quinze jours du rendez-vous mondial, le forfait de Yannick Agnel l’avait mis en péril, jusqu’à cette solution de dernière minute en la personne de Fabien Gilot, l’homme de la situation.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter