Comment le rêve américain de Joakim Noah a brutalement viré au cauchemar

Comment le rêve américain de Joakim Noah a brutalement viré au cauchemar

COUP D’ARRÊT – Joakim Noah avait tout pour devenir le meilleur Français ayant jamais évolué en NBA. Mais sa suspension de 20 matchs pour consommation de substance interdite, officialisée ce samedi, pourrait bien marquer une fin aussi prématurée que tragique.

La carrière de Joakim Noah dans le basket prend la forme d’une montagne : une ascension vertigineuse, à travers des chemins escarpés, jusqu’au sommet et, après celui-ci, une pente raide, comme une succession de ravins. Une montée, et donc une chute. Symbolisée par le dernier coup dur qui frappe le Français ce week-end : une suspension de 20 matchs pour avoir consommé, involontairement - dans un complément alimentaire en vente libre -, la molécule LGD-4033, interdite par la toute puissante ligue de basket nord-américaine, la NBA. 

Cette sanction lui fera manquer les dix derniers matchs de saison régulière de son équipe, les New York Knicks, ainsi que les dix premiers de la saison prochaine. On ne reverra donc pas le pivot sur les parquets avant le mois de décembre 2017. Si on l’y revoit un jour…

Lire aussi

Le doute est permis car Joakim Noah, âgé de 32 ans, peinait déjà, depuis trois ans, à retrouver le niveau qui était le sien quand, en 2014, il avait été désigné meilleur défenseur de la NBA. À cette époque, il était même question que le fils de Yannick postule au prestigieux titre de MVP (meilleur joueur) de la saison, ce dont il n’a jamais été question pour un joueur français, y compris Tony Parker du temps de sa splendeur. Il faut dire que "Jooks" présentait alors un profil atypique, incomparable : celui d’un pivot mi-poids lourd, mi-poids plume, intraitable au contre et au rebond, capable de se muer, dans les phases offensives, en véritable meneur de jeu, en plus d’être un shooteur diablement efficace.

2015-2016, sa pire saison en termes de statistiques

"Comme vous, les journalistes, avez d'autres critères, il ne sera pas sélectionné comme MVP, mais c'est déjà super que son nom apparaisse dans le débat. C'est mérité, car c'est pour moi un put… de bon joueur ! Il est le cœur et l'âme du basket pratiqué ici. Il y a de la variété dans son jeu, et il ne se contente pas de prendre des rebonds. Il est capable de faire tellement de choses sur un terrain, mais vous, les journalistes, ne prêtez pas attention à ce genre de boulot", s’enflammait alors l'entraîneur des Spurs, l'irrascible Greg Popovich, dans le San Antonio Express News. Charles Barkley, ex-star de la NBA, déclarait, lui, sur ESPN : "Noah est avec Kevin Durant et LeBron James le joueur qui impacte le plus le jeu de son équipe. Il m’apparaît totalement légitime au titre de MVP."

Aux Chicago Bulls depuis le tout début de sa carrière, en 2007, Joakim Noah en était donc devenu la star absolue. Un an plus tard, il perdait sa place de titulaire et signait, en 2015-2016, sa pire saison en termes de statistiques, notamment de matchs joués. Saison à l’issue de laquelle son club ne lui proposera même pas de nouveau contrat. La faute à une invraisemblable succession de blessures (dont deux opérations du genou gauche)… L’été dernier, le joueur voulait pourtant voir cela comme un mal pour un bien, en ralliant New York et ses Knicks, sa ville et son club de cœur, là où il a grandi et toujours rêvé de jouer. Présenté comme une recrue importante, il a coûté quelque 72 millions de dollars à la franchise, pour un contrat de quatre ans.

Lire aussi

"Un joueur complètement différent"

Sauf que, très vite, à l’image de la courbe de résultats de l’équipe, l’aventure new-yorkaise de Noah tourne au fiasco. Au point que les adversaires mettent en pratique le "Hack-A-Noah", une tactique consistant à faire faute sur le Français pour miser sur son taux de réussite incroyablement faible (30%) au lancer franc. "Il a même des difficultés dans des domaines où c'était impossible de l'imaginer. Ce n'est pas seulement un problème par rapport à une nouvelle ville ou une nouvelle équipe, c'est simplement un joueur complétement différent", a jugé un dirigeant des Knicks dans le New York Post

Logiquement, son temps s’est considérablement réduit au fil des semaines. Et, fin février, après un mois entier sans jouer, il subissait une nouvelle arthroscopie du genou gauche, qui semblait sonner le glas… C’était avant que l’on apprenne, ce samedi, sa suspension pour 20 matchs. Comble de l'ironie, comme pour accentuer le sentiment de gâchis : ESPN a révélé, dans la foulée, que le LGD-4033 ne fera plus partie des produits prohibés par la Ligue la saison prochaine.

En vidéo

Joakim Noah suspendu pour 20 matchs

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 18 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.