Derrière la rupture entre Nike et Neymar, une affaire d'agression sexuelle

Derrière la rupture entre Nike et Neymar, une affaire d'agression sexuelle

ACCUSATION - Le footballeur de 29 ans a refusé de coopérer à une enquête le visant pour des faits d'agression sexuelle suspectés d'être commis en 2016. En réaction, son sponsor Nike a "mis fin à son partenariat avec le sportif".

C'est par voie de presse officielle que Nike a entériné sa rupture avec Neymar, footballeur star du PSG. Dans un communiqué, la marque a expliqué dans la nuit de jeudi 27 à vendredi 28 mai avoir "mis fin à son partenariat avec le sportif parce qu'il a refusé de coopérer dans une enquête de bonne foi sur des allégations crédibles d'actes répréhensibles formulées par une employée". Confirmant les informations du Wall Street Journal, cette annonce vient rompre une collaboration vieille de 13 ans, sur fond d'accusations graves à l'encontre du Brésilien. 

Toute l'info sur

Neymar la superstar du PSG

Des allégations connues par Nike depuis 2018

Si la marque ajoute que "l'enquête n'a pas été concluante", cela ne l'a pas empêché de se désolidariser de Neymar, se disant "extrêmement troublée par les allégations d'agression sexuelle" et prenant une première fois ses distances avec lui en août dernier avec la rupture prématurée de son contrat de sponsoring, sans officiellement de raison particulière. 

Sur le fond, une employée de Nike accuse depuis 2018 le footballeur de l'avoir agressée sexuellement en 2016 en tentant de la forcer à lui faire une fellation dans sa chambre d'hôtel à New York, où elle préparait avec lui un événement promotionnel, selon le Wall Street Journal (WSJ). La marque américaine a affirmé dans son communiqué avoir été prête à enquêter en 2018 lorsque son employée a formulé ces allégations, dans le cadre d'une enquête sur le traitement des femmes dans l'entreprise, mais avoir "respecté son désir initial de garder cette affaire confidentielle et d'éviter l'ouverture d'une enquête". 

Une réaction du côté de l'entourage de la star de Paris n'a pas tardé, toujours dans les colonnes du WSJ. "Neymar Jr se défendra vigoureusement contre ces attaques sans fondement au cas où une quelconque allégation serait présentée, ce qui n'est pas arrivé jusqu'à présent", a assuré la porte-parole du joueur, dans un communiqué. "Comment une telle nouvelle peut-elle sortir?", s'est insurgé Neymar Sr, le père du joueur, au journal Folha de Sao Paulo, assurant que son fils "ne connaît même pas cette fille".

Lire aussi

Ce n'est pas la première allégation d'agression sexuelle à l'encontre de l'attaquant brésilien. À l'été 2019 déjà, une jeune mannequin avait accusé Neymar de l'avoir violée dans un hôtel parisien le 15 mai de la même année. La plainte avait été classée sans suite par la justice brésilienne en août, au regard de l'absence de "preuves suffisantes pour une inculpation".  "Le classement sans suite n’est pas une absolution", avait toutefois ajouté la procureure, soulignant que l’enquête pouvait être rouverte à tout moment si de nouveaux éléments étaient apportés. Mais au lendemain de la décision, le footballeur s'était dit "soulagé" sur Instagram, considérant l'affaire comme appartenant au passé. Et avait déclaré : "C’était un piège, dans lequel j’ai fini par tomber. J’espère que cela servira de leçon pour l’avenir".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

REVIVEZ - Turquie-Italie (0-3) : la Squadra Azzura réussit ses débuts à l'Euro

EN DIRECT - Covid-19 : la France repasse sous le seuil des 2200 patients en réanimation

Covid-19 dans un BTS : un élève l'attrape, tous les candidats ont 0/20 à une épreuve

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.