Open d'Australie : Gaël Monfils traîne son spleen

SPORT
TENNIS - Engagé dans un 2e tour délicat contre Jerzy Janowicz jeudi matin, le Français n'est pas au mieux de sa forme à Melbourne. Touché physiquement mais surtout moralement, Gaël Monfils nous refait un coup de "moins bien".

"Je suis dans le dur, dans le gouffre". Athlète incroyable et véritable showman sur les courts, Gaël Monfils souffre pourtant d'un mal récurrent qui explique sa carrière en dent de scie : le vague à l'âme. Capable d'emporter les quelques certitudes de l'ancien n° 7 mondial, cet état d'esprit mine parfois le Français. Un spleen qui se traduit généralement par un trou d'air au niveau des résultats et des pépins physiques.

Deux problématiques que cumule actuellement l'intéressé. Touché à une jambe il y a quelques semaines et toujours marqué par la défaite de l'équipe de France en Finale de Coupe Davis fin novembre, Monfils n'a pas attaqué 2015 sous les meilleurs auspices. "On a mal fini la saison et je ne la commence pas comme je voudrais...", a-t-il notamment confié à Tennis Magazine avant d'attaquer l'Open d'Australie.

"Quand ça n'allait pas, je pensais à mes parents"

Pire, "des petits problèmes personnels" refont surfaces et rappellent ceux qui avaient poussé le Parisien à mettre le tennis entre parenthèses plusieurs semaines en 2013, allant jusqu'à faire l'impasse sur Wimbledon. Pas de forfait pour la quinzaine à Melbourne, mais un niveau de jeu inconstant.

Passé tout près de l'élimination dès le 1er tour face à son compatriote Lucas Pouille (n° 117) mardi, l'actuel 19e joueur mondial n'a trouvé son salut qu'en faisant vibrer sa corde sensible : "Quand ça n'allait pas, je pensais à mes parents qui me regardaient. Je leur ai promis d'être bon cette année, alors je ne pouvais pas leur faire ça".

Une tension émotionnelle en forme d'équilibre précaire pour le jeune homme (28 ans) qui se qualifie lui-même de "mec sensible". Cette fragilité, qui explique aussi pourquoi "La Monf'" est souvent le chouchou du public, semble pourtant peu compatible avec la dureté du très haut niveau. La confrontation de ce matin avec le jeune Polonais Jerzy Janowicz (24 ans, n° 44) pourrait en faire la cruelle démonstration.

EN SAVOIR +
>> Monfils bataille pendant 5 sets face à Lucas Pouille
>> Avec Monfils, c'est surtout une question de feeling


 

Lire et commenter