Pacquiao, les Frenchies de NBA, Benzema... ce que vous avez raté ce dimanche matin

Pacquiao, les Frenchies de NBA, Benzema... ce que vous avez raté ce dimanche matin

SPORT
DirectLCI
SPORTS - C'est la mi-temps. Un peu plus de la moitié de la journée vient de s'écouler, l'arbitre a renvoyé tout le monde aux vestiaires, il est temps de faire le point. Entre un jus de citron et une petite collation, voici cinq infos que metronews a retenues pour vous. Avec des galipettes, des coups de poing et une histoire de psy.
  • Pacquiao prend sa revanche. Battu en 2012 aux points par Tim Bradley – une victoire polémique tant le vainqueur avait semblé dominé – Manny Pacquiao a pris la ceinture de champion WBA des welters, dans la nuit de samedi à dimanche, en l'emportant, encore sur décisions des juges. Cette fois, le Philippin n'a laissé aucune chance à son adversaire, tout en esquive et en rythme, le frappant moins souvent (563 coups à 627) mais plus efficacement (35 % à 22). Le voilà champion du monde, à 35 ans. Et toutes ses dents.
  • Nadal, sur la route de Roland. Les choses sérieuses commencent pour l'octuple vainqueur de Roland-Garros. A six semaines du tournoi du Grand Chelem parisien, Rafael Nadal poursuit sa préparation sur terre battue à Monte-Carlo, un tournoi qu'il a également remporté à huit reprises. Mais cette fois, il s'élance dans la peau d'un challenger puisqu'il avait abandonné son bien à Novak Djokovic, vainqueur en finale, la saison passée. Avec déjà un titre sur ocre ramené de Rio, ''Rafa'' arrive en forme et espère monter en puissance… comme Djoko, qu'il pourrait encore retrouver en finale.
  • Benzema > Zidane. Et oui. L'attaquant français, titulaire hier soir face à Alméria (victoire 4-0), a disputé son 228e match avec le Real Madrid depuis son arrivée à l'été 2009, devenant ainsi le Français qui a le plus joué sous les couleurs merengue, juste devant Zinedine Zidane. Ce record n'a pas aidé l'international tricolore à marquer mais il a réussi une passe décisive pour Bale sur le deuxième but. S'il pouvait marquer d'une reprise de volée en pleine lucarne en finale de la Ligue des champions, comme son illustre prédécesseur, l'ancien Lyonnais ne dirait sans doute pas non.
  • Triaud enverrait bien ses joueurs chez le psy. Il est un des habitués du half-time du dimanche matin. Jean-Louis Triaud, le président de Bordeaux, n'a guère apprécié le match nul des siens à Ajaccio, hier, après une égalisation concédée à cinq minutes de la fin. Et il le fait savoir. ''Là, je pense que cela ne relève plus du football mais de la psychiatrie. Ils ont tous besoin de se faire soigner. Ce changement de comportement après le but est incompréhensible, hallucinant, je n'ai plus de mots pour le qualifier. Si les joueurs n'en prennent pas conscience eux-mêmes, ce n'est pas moi qui vais entrer sur le terrain pour jouer.'' Il serait pourtant excellent dans ses tacles.
  • Fournier l'acrobate. La nuit a été productive pour les Français en NBA. Si Alexis Ajinça a livré une belle copie (17 pts, 7 rbds, 3 contres) malgré quelques erreurs fatales en fin de match, c'est surtout Evan Fournier qui a brillé avec les Nuggets. Sorti du banc, l'ancien joueur de Poitiers a été excellent au point de ne plus quitter le parquet. Au final, il compile 23 points dont deux magnifiques, sur un tir cabriole en sortie de dribble, alors qu'il était en train de tomber. Tony Parker aime ça. 

Sur le même sujet

Lire et commenter