"Ce qui est ressorti, c'est juste que j'étais un gros con" : Benoît Paire touché par les critiques

"Ce qui est ressorti, c'est juste que j'étais un gros con" : Benoît Paire touché par les critiques
SPORT
DirectLCI
MAL ÊTRE – Éliminé au premier tour du Masters de Bercy ce lundi, Benoît Paire est revenu sur son année 2016 marquée par son exclusion des Jeux Olympiques de Rio. Le tennisman français, très touché, a notamment regretté l’étiquette qu’on lui avait collée au cours de la saison.

C’est une saison à oublier. Définitivement. Arrivé sans grandes ambitions à Bercy, Benoît Paire s’est fait sortir dès le premier tour ce lundi par l’Italien Paolo Lorenzi (6-4, 7-6). Une énième défaite qui vient ponctuer l’année galère vécue par le tennisman français, battu au premier ou au deuxième tour de ses dix derniers tournois. Et Paire a justement profité de cette élimination précoce pour faire le bilan de sa saison marquée par son exclusion des Jeux Olympiques de Rio. D’habitude si détaché et désinvolte, le 45e joueur mondial a présenté un tout autre visage devant la presse, celui d’un homme touché dans son orgueil, conscient d’avoir commis des erreurs ces derniers mois.

J'ai donné le bâton pour me faire battreBenoît Paire

"J'ai donné le bâton pour me faire battre, a-t-il reconnu. J'ai fait des erreurs, au niveau de la communication, de tout. J'ai dit des choses à des moments où il ne fallait pas. Je vais essayer d'en tirer des leçons, à moi de prendre conscience de ce qu'il ne faut pas faire." La mine défaite, les yeux rougis, au bord des larmes même, Paire s'est ensuite livré comme rarement et a regretté l’étiquette qu'on a pu lui coller tout au long de l’année. 

Lire aussi

"Ce que je transmets, ce n’est pas ce que je suis. Je suis quelqu'un de sympa, et cette année, ce qui est ressorti, c'est juste que j'étais un gros con, mal élevé, pas sympa. Tout ce que je lis, tout ce que je vois, tout ce que j'entends, tout ce que les gens pensent, je n'arrive pas à me retrouver là-dedans, a lâché Paire. Le regard des autres est important pour moi, donc je ne peux pas être heureux quand je rentre à la maison. Il va falloir que je prenne un peu de temps pour moi, que j’arrive à me retrouver et à bien m'endormir."  Les deux mois de trêve ne seront vraiment pas de trop.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter