Paris suspects : début du procès pour Nikola Karabatic, soupçonné de "tricherie en équipe"

SPORT

HANDBALL - C'est ce lundi, et pour deux semaines, que s'ouvre le procès de seize personnes, dont Nikola Karabatic, accusés d'avoir truqué et parié sur l'un de leurs matchs, en mai 2012. Les prévenus réfutent. Ils encourent cinq ans de prison.

Pour Nikola Karabatic, la saison est presque parfaite : que ce soit en équipe de France ou avec le FC Barcelone, le demi-centre international a raflé tous les titres possibles (Championnats du monde, Coupe-Championnat d'Espagne, Ligue des champions) et n'a même perdu qu'un match de toute la saison. Mais voilà sans doute la rencontre la plus importante qui se profile pour lui. Ce lundi, la star du handball français, accompagné de quinze autres prévenus, a rendez-vous au tribunal correctionnel de Montpellier dans le cadre de l'affaire des paris suspects.

Les prévenus auraient truqué la rencontre opposant Montpellier, leur club, à Cesson, le 12 mai 2012. Huit joueurs du club de l'époque auraient parié sur la défaite de leur équipe à la mi-temps, ce qui fut bien le cas (15-12), empochant ainsi une belle plus-value grâce à la cote de 2,9 contre 1. La Française des jeux, constatant un montant exorbitant des mises (104 887 euros dont 102 300 sur le score à la pause, contre 3 000 en moyenne), avait pourtant bloqué les paris quelques heures avant la rencontre, puis porté plainte le 16 mai.

Les prévenus encourent cinq ans de prison

L'enquête menée a depuis permis d'établir que ces paris avaient été pris dans plusieurs villes après un top-départ donné peu avant 10 h 00, avec des tickets de 100 euros garantissant l'anonymat des gagnants. Les prévenus ont toujours réfuté le truquage. Mais ils sont aujourd'hui poursuivis pour "escroquerie" ou "complicité d'escroquerie" et encourent cinq ans de prison et 375 000 euros d'amende. Le procès, prévu sur deux semaines, se tiendra en la présence de tous les protagonistes, selon une source judiciaire.

EN SAVOIR + 
>> La compagne de Nikola Karabatic sous pression
>> L'analyse vidéo qui accable les handballeurs
>> Nikola Karabatic ne craint pas un éventuel procès

Aux yeux des experts, il y avait certes des "ingrédients" expliquant "un match raté" de la part des Montpelliérains (déjà champions de France et qui comptaient de nombreux absents pour ce match) qui avaient perdu (31-28). Mais il y avait aussi une "convergence d'indicateurs anormaux, trop curieuse pour être innocente et conjoncturelle". Le procureur de la République a évoqué une tricherie "en équipe" avec peut-être pour but premier d'augmenter la cagnotte destinée à un séjour à Ibiza des joueurs. Mais ensuite, le groupe a cédé à la tentation. Si Nikola Karabatic, Gajic et Tej ont toujours nié avoir parié, les autres ont reconnu l'avoir fait. Tous, en revanche, réfutent la tricherie.

Les Karabatic entendus mercredi

Dans la salle d'audience, les mis en cause seront assis par ordre alphabétique sur deux rangs. Les joueurs slovènes Primoz Prost (Göppingen/All) et Dragan Gajic (Montpellier) sont assis à proximité l'un de l'autre car ils ont demandé l'aide d'un interprète. L'ensemble du clan Karabatic, à savoir Nikola, son frère Luka, et leurs compagnes, Géraldine Pillet et Jennifer Priez, seront au deuxième rang, Les deux frères barbus doivent être entendus mercredi. Samuel Honrubia (PSG), Mladen Bojinovic (PSG), Mickaël Robin (aujourd'hui à... Cesson-Rennes) et Issam Tej (Montpellier) figurent aussi au banc des prévenus.

Lire et commenter