Patins, paillettes et mauvais goût

Patins, paillettes et mauvais goût

SPORT
DirectLCI
COUTURE - Le patinage artistique a toujours eu son lot de tenues tape-à-l’œil. Frous-frous, paillettes flashy ou lanières de velours, les athlètes rivalisent d'imagination pour sortir chaque année des costumes toujours plus criards.

Le patinage artistique est un sport esthétique, alliant grâce et maîtrise physique. Dans l'effort, le patineur se doit d'être harmonieux, avec une mise en scène qui est prépondérante dans la note finale. Le costume n'est cependant pas pris en compte par les juges dans la note finale, sauf s'il est impudique. Heureusement pour certains. 

C'est ce que confirme le juge français Anthony Leroy : "Le costume n'entre pas en ligne de compte mais est évalué quand il est indécent, qu'il fait preuve d'un excès de nudité, c'est-à-dire dégradant pour le patineur".

Certaines tenues sont excessivement excentriques
Dans une quête d'originalité, les patineurs vont toujours plus loin dans la conception des tenues. Chaque année, les programmes courts et libres voient arriver un lot d'habits nouveaux, souvent en relation avec le thème choisi pour la prestation.

Mais attention à ne pas aller trop loin. "Certains costumes sont vraiment terribles, on est dans une discipline sportive avant tout, l'aspect trop théâtral n'est pas très apprécié. On ne cherche pas quelque chose d'académique mais il ne s'agit pas non plus d'avoir des grands frous-frous qui peuvent ridiculiser l'athlète", poursuit le juge.

Des tenues aussi originales qu'expansives
Certains patineurs, comme les Français Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat, dessinent eux-mêmes leurs tenues et ont une couturière attitrée, pour composer le vêtement associé au programme. Mais la plupart travaillent avec des couturiers renommés, installés notamment aux Etats-Unis.

Ils donnent le thème de leurs programmes, reçoivent des croquis, font un choix et reçoivent ensuite la création qu'ils ajusteront. À titre indicatif, la Française Maé Bérénice Meité a dépensé 5 300 dollars (3 900 euros) cette saison pour 4 tuniques. Dans la mesure ou pratiquement tout est permis, espérons que cette année les patineurs feront preuve d'un peu de sobriété.

Sur le même sujet

Lire et commenter