PSG-Basaksehir : Roxana Maracineanu salue "un acte historique contre le racisme ordinaire"

PSG-Basaksehir : Roxana Maracineanu salue "un acte historique contre le racisme ordinaire"

RÉACTION - Invitée sur LCI ce mercredi matin, la ministre déléguée chargée des Sports s'est félicitée de la décision des acteurs de la rencontre de quitter le terrain, alors que des propos racistes étaient reprochés au quatrième arbitre.

Une indignation générale. La rencontre de Ligue des champions entre le Paris Saint-Germain et Istanbul Basaksehir a été interrompue mardi soir, après que des membres du staff turc aient rapporté des propos racistes de la part du quatrième arbitre, le Roumain Sebastian Coltescu. Pierre Achille Webo, membre camerounais de l'encadrement de Basaksehir, lui reproche en effet de l'avoir qualifié de "negro" pour le désigner. Une attitude qui a poussé les acteurs de la rencontre à rentrer aux vestiaires, sans que le match ne reprenne plus tard dans la soirée.

Une première dans le football, saluée par la ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu. "C'est un acte historique pour le football, pour le sport, pour la lutte contre le racisme ordinaire", s'est-elle félicitée sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). "Je suis fière d'avoir pu expliquer à mes enfants hier soir, devant un match de football, ce qu'était le principe de non-discrimination dans notre République."

"On ne désigne pas quelqu'un par sa couleur de peau", fustige Maracineanu

Roxana Maracineanu, native de Bucarest, rappelle qu'en roumain, "'negru' veut dire 'noir' et pas 'nègre'", mais ces propos demeurent "une manière de désigner quelqu'un par sa couleur de peau", dénonce la ministre. "Le racisme existe dans la société, et nous avons pu le voir hier lors d'un match de football, mais on ne désigne pas quelqu'un par sa couleur de peau ou par sa différence", plaide l'ancienne championne de natation. "L'arbitre représente le respect des règles, un sang-froid que l'on doit garder en toutes circonstances quand on doit faire respecter la loi sur un terrain. Le football est universel, regardé partout dans le monde, par des personnes de toutes origines et de toutes les couleurs, donc il faut faire attention aux mots prononcés et aux actes sur un terrain."

Lire aussi

Pour la ministre des Sports, la décision des joueurs de quitter la pelouse représente même un exemple pour la jeunesse. "Le football que je connais, que je fréquente beaucoup en étant mère de famille, c'est celui du samedi matin où j'emmène mon enfant dans un club", indique Roxana Maracineanu. "C'est une petite association, avec des enfants de toutes les couleurs, de toutes les origines, avec des entraîneurs de toutes les couleurs et toutes les origines, qui leur apprennent à jouer au football, à se faire des passes ensemble, à dire 'bonjour, merci, au revoir'. C'est ce football que j'ai vu hier par l'acte fort qu'ont fait ces joueurs en quittant le terrain, en disant non à ce qu'ils avaient entendu."

Je présente mes excuses au nom du sport roumain- Ionut Stroe, ministre des Sports de Roumanie

"Nous avons trop souvent entendus que les joueurs ne se positionnaient pas, ne prenaient pas d'actes forts (face au racisme) parce que le sport devait triompher", poursuit-elle. "Les sportifs sont des vitrines et font entendre leurs voix auprès de notre jeunesse et de notre société. Leurs valeurs et leurs responsabilités sont plus importantes que tout. C'est très bien que cela se passe dans le football, que cela puisse être entendu et vu à la télévision, et que cet acte fort arrive en écho à tous ceux qui défendent les principes de tolérance et de citoyenneté", conclut Roxana Maracineanu.

Son homologue roumain, le ministre des Sports Ionut Stroe, est lui aussi monté au créneau contre les propos reprochés à son compatriote Sebastian Coltescu. "Je condamne fermement tout propos qui peut être interprété comme raciste, xénophobe ou discriminatoire", a-t-il indiqué à la chaîne DigiTv. "Je présente mes excuses au nom du sport roumain pour cet incident malheureux, qui ne nous représente pas." Le président du Conseil national anti-discrimination roumain, Csaba Asztalos, a de son côté évoqué "un incident d'une gravité extrême", et regrette que ces "propos racistes" deviennent "une énorme tache sur la Roumanie et sur l'arbitrage roumain".

Les plus grands athlètes au parcours exceptionnel, se livrent au micro de Grégoire Margotton, dans le podcast "Club Margotton".

Ecoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Des témoignages uniques pour comprendre ces histoires de sport extraordinaires. Un podcast du Groupe TF1.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Proche-Orient : le pape François met en garde contre la "spirale de mort et de destruction"

EN DIRECT - Des restrictions aux frontières seront maintenues "au moins jusqu'à la fin de l'été", selon Clément Beaune

EN DIRECT - Double meurtre des Cévennes : Valentin Marcone déféré devant le juge pour assassinat avec préméditation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.