JO 2018 - La couturière du costume de Gabriella Papadakis réagit après l'incident de la robe : "c'est vraiment un mystère"

TUILE - L'image a fait le tour du monde et on devine l'embarras, la gêne et la colère du couple Papadakis-Cizeron, la costumière à l'origine de cette sublime tenue, a réagi auprès de l'AFP : elle a "beaucoup culpabilisé".

Elle assure avoir "beaucoup culpabilisé" et on la comprend, tant l'enjeu était de taille. Le couple de patineurs Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron s'investit pleinement dans la création des tenues qu'ils enfilent, mais c'est - ironie du sort - une robe qui s'est détachée en pleine danse sur glace et qui les a affaiblis ce lundi aux Jeux de Pyeongchang. "Mon pire cauchemar est arrivé aux JO, cela s'est produit dans les premières secondes du programme" a déclaré Papadakis à l'AFP. 


Un accident qui, fort heureusement, ne leur a pas coûté trop cher, mais derrière son écran, la costumière qui a fabriqué le costume a éprouvé une grande culpabilité, malgré tout. "On est obligé de culpabiliser dans des circonstances pareilles, d'autant que j'ai vu la vidéo en direct, leur expression et leur frustration, leur désarroi", a déclaré Sophie Thomas, qui a fabriqué toutes les tenues du couple depuis six ans et habille l'ensemble de l'équipe de France ainsi que d'autres patineurs internationaux. 

Il n'y a pas d'explication rationnelle Sophie Thomas, couturière des costumes du couple

Interrogée par l'AFP sur cet accident, elle a assuré que cet incident était  "indépendant" de sa "volonté". "Ca m'a quand même beaucoup affectée donc je leur ai envoyé un petit message direct pour leur présenter mes excuses et surtout leur montrer mon soutien pour la suite", a-t-elle déclaré. "Ca ne s'explique pas, c'est vraiment un mystère, la tenue était bien accrochée", affirme-t-elle. "Il y avait les pressions qui maintenaient la tenue, un crochet qui tenait le dos. En plus, ils ont cousu par dessus", détaille la couturière. 


"Pourquoi ça s'est décroché à ce moment-là, on ne sait pas. C'est un peu un coup de malchance, il n'y a pas d'explication rationnelle", dit-elle. "Ce sont des choses qui arrivent mais je dirais entre guillemets 'pas chez nous', poursuit Sophie Thomas. C'est une de mes angoisses majeures. On met vraiment un point d'honneur à consolider toutes les agrafes, toutes les coutures, pour que ça reste le plus solide possible et qu'il n'y ait aucun problème pendant la prestation", précise celle qui habille l'ensemble de l'équipe de France et d'autres patineurs internationaux. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter