Quand Dennis Rodman s'écharpe avec un journaliste américain sur la Corée du Nord

Quand Dennis Rodman s'écharpe avec un journaliste américain sur la Corée du Nord

DirectLCI
PAS NIAIS - Alors qu'un journaliste questionnait Dennis Rodman sur le sort d'un américain condamné à 15 ans de camp en Corée du Nord, où l'ancien basketteur est actuellement, la star NBA s'est emportée contre son compatriote : ''J'en ai rien à foutre de ce que vous pensez !''

C'est un bon copain, ce Dennis Rodman. En déplacement en Corée du Nord, où il va organiser un match de gala pour l'anniversaire de Kim Jong-Un , son ''ami'' comme il l'appelle, l'ancien basketteur était interviewé par la chaîne de télé américaine CNN mardi. Et lorsque le journaliste l'a questionné sur un point un peu dérangeant, Rodman s'est emporté, ne manquant pas de défendre le dictateur nord-coréen face aux Américains, qui ne connaissent pas le fond du problème selon lui.

L'histoire concerne Kenneth Bae, un Américain d'origine sud-coréenne de 45 ans, arrêté en Corée du Nord. Fondateur d'une société de tourisme en Chine tournée notamment vers la Corée du Nord, celui-ci est en séjour au pays de Kim en novembre 2012, accompagné de cinq touristes européens, quand il est attrapé en possession d'un ordinateur avec des photos d'orphelins nord-coréens affamés. Résultat, Bae est condamné en avril 2013 à 15 ans de camp de travail, accusé d'avoir voulu renverser le régime.

''Vous savez ce qu'il a fait dans ce pays ? J'adorerais en parler''

Et cette petite affaire fut le sujet glissant de l'interview. Alors que le journaliste lui demande s'il allait s'enquérir après de Kim Jong-Un du sort de cet Américain, l'ancienne star NBA s'emporte. ''J'en ai rien à foutre de ce que vous pouvez penser'', répond-il, cigare à la main et lunettes de soleil posées au bout du nez. Le reporter insiste et se prend immédiatement une deuxième salve de critiques. ''Mais Kenneth Bae a fait un truc. Vous savez ce qu'il a fait dans ce pays ? Pourquoi il est détenu dans ce pays ? J'adorerais en parler !''

Sauf que l'argumentaire s'est arrêté là, Rodman n'étant pas allé plus loin dans sa démonstration. Guère convaincant, l'ancien joueur des Chicago Bulls, 52 ans, passe surtout pour un soutien de luxe au dirigeant nord-coréen. Il en est désormais à sa quatrième visite privée dans la République nord-coréenne, où il organise un match de charité avec d'autres anciens joueurs NBA. En septembre dernier, il avait déjà traité Obama et Hillary Clinton de "trous du cul" lorsque ceux-ci l'avaient interrogé sur Bae.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter