Quand Michael Jordan fait faux bond...

Quand Michael Jordan fait faux bond...

DirectLCI
ÉVÈNEMENT MANQUÉ - La légende vivante du basket était attendue comme le point d'orgue du Quai 54, tournoi de playground organisé le week-end dernier à Paris. Mais des milliers de fans n'ont même pas aperçu le bout du nez de "His Airness".

La déception est à la hauteur du talent et de l'aura du plus grand basketteur de tous les temps. Durant son escapade de trois jours à Paris pour les 30 ans de sa marque, Michael Jordan a suscité un rare engouement, qui s'est rapidement transformé en frénésie à chacun de ses faits et gestes. Pour la cinquième fois seulement, "Sa Majesté" a foulé le sol parisien, quasiment dix ans après sa dernière apparition en octobre 2005. Les petits plats étaient mis dans les grands avec une mise en bouche vendredi au Palais de Tokyo (16e arrondissement), nommé pour l'occasion Palais 23, où de nombreux de fans se sont amassés pour se remémorer la carrière de la légende.

Six titres NBA avec les Chicago Bulls (1991, 1992, 1993, 1996, 1997 et 1998) deux titres olympiques avec les Etats-Unis – dont la fameuse dream-team de 1992 à Barcelone – et surtout de nombreuses prouesses qui ont permis au championnat nord-américain de se tourner vers l'international dans les années 90. Les fondations d'un mythe sont établies, comme celles qui ont fait l'histoire de la Place de la Concorde impatiente, dimanche, de voir "MJ".

Désappointement dans le 8e

Au pied de l'avenue des Champs-Élysées et de l'Obélisque de Louxor, la folie Jordan a pris une tout autre dimension. Sa présence était annoncée pour la finale du Quai 54, compétition de basket de rue, programmée en début de soirée en ce dimanche 14 juin. Pourtant l'affluence était déjà énorme dès le petit matin aux alentours de...5h puisqu'une queue sillonnait les abords du stade fabriqué à l'occasion du tournoi, causant quelques débordements et échauffourées. "Je ne suis pas spécialement fan de basket mais en venant ici, j'ai compris à quel point Jordan est une légende, avance Sonia. Les gens ne sont venus que pour lui alors qu'il y avait un tournoi aussi".

Les minutes et les heures ont défilé alors qu'un écran géant était posté à l'extérieur pour le millier de personnes qui n'a pas pu rentrer. Des fans de tous les horizons se sont greffés à la foule, la plupart venus avec un maillot estampillé NBA sur le dos. Plusieurs équipes d'outre-Atlantique étaient représentées et notamment les Chicago Bulls de Jordan. Les 30 ans de la marque "Air Jordan" ont eu un gros succès sur Paris : baskets, casquettes, t-shirts à l'effigie du basketteur sont légion au mètre carré. Preuve de l'énorme popularité intemporelle de Michael Jordan, plusieurs générations étaient là pour tenter d'approcher leur idole, du plus jeune au plus vieux.

Elément non-négligeable dans cette longue attente : la chaleur. Pour combattre la moiteur, certaines personnes trouveront refuge aux côtés des deux fontaines qui jouxtent l'Obélisque de Louxor ou attendront le salut incarné par une brise de vent. D'autres ont fait le choix de prendre de la hauteur en prenant place sur le balcon du jardin des Tuileries. Le temps passe, l'impatience gagne et l'heure du ravitaillement dans les fast-foods d'à-côté a sonné.

La Place du Concorde se bonde à vue d'œil, un parterre de voitures et de motos est garé à contresens. Les touristes sont intrigués par la masse de personnes, ignorants la présence annoncée de la légende du basket. Contrairement au footballeur Franck Ribéry, présent dans la tribune VIP.

Apparition surprise dans le 20e

Dans un show très à l'américaine, rythmé par plusieurs hits d'outre-Atlantique, l'agacement devient de plus en plus prégnant. Surtout pour les fans qui ont bravé leur blessure, venus en béquille. La crainte de ne pas voir "Sa Majesté" prend corps, les plus mécontents quittent déjà les lieux alors que la nouvelle semble être inéluctable. "Tout ça pour ça... déplore Kévin, maillot des Bulls sur le dos. Je suis venu de Limoges parce que Jordan vient rarement en France et finalement, on ne l'a pas vu une fois, c'est rageant".

Le seul moment qui est véritablement venu égayer cette interminable après-midi réside dans un face-à-face de basket entre deux personnes triées sur le volet, un homme et une femme, qui aura ridiculisé son opposant en gratifiant le public d'un petit pont assorti d'un tir gagnant. Des qualités que Jordan n'aurait pas reniées.

Sous les coups de 21h, la Place se vide. Tout le monde a compris que Jordan ne ferait pas son apparition. Selon RMC, les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour assurer la présence de "MJ". Pour réussir à l'approcher, il fallait être dans le 20e arrondissement où il a inauguré un terrain, financé par sa marque, à l'occasion d'un petit événement de 5 minutes impromptu, durant lequel une émeute aurait été évitée de peu, précipitant son "forfait" à Concorde.

Au grand dam d'une foule déçue et résignée : "J'ai attendu 10h pour rien. J'avais spécialement ramené mon maillot des Etats-Unis dans l'espoir de le faire signer par Jordan. J'espère qu'il reviendra une prochaine fois" confie, dépité, Hakim. Comme la plupart des fans, il est reparti chez lui avec la sensation d'avoir pris un dunk sur la tête par "Air Jordan".

A LIRE AUSSI
>> Mais que vient faire Jordan à Paris ?
>> 
Retrouvez toute l'actu sport ici 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter