Rallye-raid : la liste noire du Dakar depuis que la course se déroule en Amérique latine

Rallye-raid : la liste noire du Dakar depuis que la course se déroule en Amérique latine

SPORT MECANIQUE - C'est un décompte morbide que ne parvient pas à endiguer le Dakar depuis sa création. Néanmoins, la délocalisation en 2009 du plus connu des rallyes-raid en Amérique du Sud aurait pu laisser penser que ses victimes allaient être moins nombreuses. Ce n'est pas le cas : le décès mercredi du pilote polonais, Michal Hernik, vient s'ajouter à cette funeste liste.

Morts en course ou victimes collatérales du Dakar, le rallye-raid, en dépit de normes de sécurité de plus en plus drastiques, reste un sport à risques. Le décès lundi entre San Juan et Chilecito du pilote polonais Michal Hernik porte à 24 le nombre de morts sur cette épreuve... le cinquième depuis que l'organisation a quitté l'Afrique pour l'Amérique latine en 2009.

 Janvier 2009 : Il s'agit de la première édition sud-américaine du Dakar et la deuxième étape se révèle déjà mortelle. Le Français Pascal Terry, motard d'origine normande, a été retrouvé mort à quinze mètres de son engin, au milieu d'un maquis difficile d'accès vers Cuchillo Co, entre Santa Rosa de la Pampa et Puerto Madryn en Argentine, L'autopsie a révélé qu'il a succombé à un œdème pulmonaire mais des dysfonctionnements dans la procédure de secours alors que celui-ci avait déclenché sa balise de détresse sont soulevés.

► Janvier 2010 : Une spectatrice est grièvement blessée lors de la sortie de route du 4x4 piloté par l'Allemand Mirco Schultis lors de la première étape du Dakar. Elle décèdera quelques jours plus tard, à Cordoba, en Argentine. Schultis ne sera finalement pas poursuivi par la justice argentine car la victime se trouvait dans une zone "non-autorisée" au public.

► Janvier 2011: Une camionnette est percutée par un concurrent, l'Argentin Eduardo Amor, qui rentrait ce matin-là au bivouac à Chilecito se serait assoupi selon les médias locaux. Son conducteur, un homme de 42 ans, décède quelques heures plus tard à l'hôpital. Une semaine plus tôt, deux personnes qui travaillaient à l'organisation du rallye ont perdu la vie dans deux villes du Chili (Copiapo et Arica) . La première est morte électrocutée en installant une structure métallique destinée à recevoir une banderole de bienvenue aux concurrents du Dakar. La deuxième a également été victime d'une décharge électrique dans des conditions similaires.

► Janvier 2012 : Le Dakar est endeuillé dès le jour du grand départ. Un motard argentin de 38 ans, Jorge Boero, chute lors de la première étape ralliant Mar Del Plata à Santa Rosa de la Pampa. Malgré l'intervention rapide des secours, il ne survivra pas à un arrêt cardiaque survenu dans l'hélicoptère qui le transfère à l'hôpital.

► Janvier 2013 : Un accident entre un véhicule d'assistance du rallye et deux taxis a provoqué la mort de deux personnes et en a blessé sept autres au Pérou. Ce drame est survenu peu après l'arrivée de la 5e étape, près de la frontière chilienne. Quelques jours plus tard, lors de la 7e étape, le motard Thomas Bourgin, 25 ans, heurte de plein fouet une voiture de carabiniers chiliens qui arrivait en sens inverse. Son corps a été retrouvé à 30 m du véhicule. Les circonstances du drame font l’objet d’une enquête.

► Janvier 2014 : Le pilote belge Eric Palante, 50 ans, est retrouvé mort sur le secteur de la 5e étape entre Chilecito et Tucuman (Argentine). Il portait toujours son casque et était à côté de sa moto dans une position fœtale, Il serait décédé suite à une hyperthermie intense. Les conditions extrêmes et l'état de fatigue intense du pilote auraient empêché un refroidissement du corps par la transpiration. Par ailleurs, cette année-là, deux journalistes argentins qui couvraient le Dakar en Argentine mais qui n’étaient pas officiellement accrédités auprès des organisateurs, ont trouvé la mort dans la chute de leur véhicule dans un ravin.

Janvier 2015 :  Michal Hernik, 39 ans, a été retrouvé au kilomètre 206 de la 3e étape, à 300 mètres de la piste, entre San Juan et Chilecito, en Argentine , sans casque et sans trace de blessure d'un éventuel accident, a précisé Etienne Lavigne, le directeur de l'épreuve. De même sa moto ne présentait pas de traces de choc. Le Polonais avait disparu du radar de l'organisation de la course à 14h37, lorsque sa balise iritrack avait cessé d'émettre le signal censé localiser chaque concurrent.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

VIDÉO - À Marseille, Éric Zemmour termine son périple chahuté par un échange de doigts d'honneur

En évoquant "l'autonomie" de la Guadeloupe, Sébastien Lecornu fait des vagues

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.