Renaud Lavillenie, le retour sur terre

Renaud Lavillenie, le retour sur terre

DirectLCI
SAUT A LA PERCHE – Blessé juste après avoir établi le nouveau record du monde le 15 février dernier (6,16 mètres), le perchiste français a repris l'entraînement jeudi. Un retour sur les sautoirs encourageant pour Renaud Lavillenie, après le tourbillon médiatique qui a suivi son incroyable exploit.

Comme si de rien n'était. Désormais légende vivante de l'athlétisme mondial, Renaud Lavillenie a repris l'entraînement jeudi et une vie presque normale, un mois et demi après avoir établi un nouveau record du monde du saut à la perche (6,16 mètres) , que détenait depuis 1993 le légendaire Sergeï Bubka. Un quotidien retrouvé, à la faveur d'une blessure au pied contractée le soir son fameux exploit, le 15 février dernier, enfin guérie.

"J'ai l'impression que ça fait un mois que je n'ai pas marché", a plaisanté celui qui a retrouvé "son" stadium Jean Pellez à Aubière, dans la banlieue de Clermont. Une vingtaine de minutes d'échauffement et quelques sauts à 4,60 m en quatre foulées - alors qu'il passe 4,70 m quand il est forme - Lavillenie en a mis plein les yeux à une trentaine d'élèves de CE2 et CM2 de la région, venus faire du sport. Ou quand l'extraordinaire côtoie l'ordinaire...

Lavillenie "soulagé de ne ressentir aucune douleur"

En bord de piste, son entraîneur Philippe d'Encausse et son kiné Dimitri Gratia ont eux aussi le sourire. "Sa cicatrice de huit points, on ne la voit déjà presque plus", assure le second, tandis que le premier tempère : "Il a inconsciemment encore quelques appréhensions, il fait attention et n'appuie pas ses appuis à fond." Mais pas d'inquiétude pour autant.

Les enfants partis, le perchiste le haut du monde enchaîne les sauts à un rythme impressionnant, une cinquantaine en un peu plus d'une heure et demie. "Pour une rentrée habituelle, il m'arrive de sauter plus de trois heures et de faire 100 sauts. C'était un peu poussif", estime pourtant le champion olympique 2012, tout de même "soulagé de ne ressentir aucune douleur".

Une petite équipe pour gérer les sollicitations médiatiques

Très attendu pour son retour en compétition officielle, prévu lors des Drake Relays à Des Moines, aux Etats-Unis (23-27 avril), Lavillenie va monter mois après mois en puissance pour à nouveau "passer les 6,10 m" lors des Championnats d'Europe à Zürich (12-17 août).

D’ici là, le recordman du monde va donc exclusivement se consacrer à retrouver les sommets, et il vient d'ailleurs de s'entourer d'une petite équipe pour gérer les sollicitations médiatiques . "Comme ça, je peux me concentrer sur mon entraînement", explique Lavillenie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter