Rennes-Monaco : comment Jardim a repris la main

Rennes-Monaco : comment Jardim a repris la main

LIGUE 1 - Après deux défaites consécutives (Bordeaux, Lille), l’AS Monaco a retrouvé de l’allant en s’imposant dimanche dernier face à Marseille (2-1). Une reprise de main rendue notamment possible par le pragmatisme du coach portugais Leonardo Jardim. On vous raconte comment avant le déplacement à Rennes, dimanche (21 heures) en clôture de la 35e journée.

Depuis quelques semaines voire quelques mois, Leonardo Jardim n’est plus tout à fait le même... En Principauté, certains pensent qu'il a pris ses distances, quand d’autres l’ont vu se renfermer sur lui-même. Car, après avoir appris la nomination ‘surprise’ de Claude Makelele au poste de directeur technicien en janvier, le coach de l’ASM se méfie désormais de tout. Et de tout le monde. Un brin parano, le Portugais ? Il y a un peu de ça…

Il a compris qu'il nageait au milieu des requins

Conscient que les conseillers d’un jour peuvent devenir les entraîneurs de demain (Rolland Courbis à Rennes, peut-être même Basile Boli à Marseille), l’ancien coach de l’Olympiakos a, de fait, parfaitement intégré le côté obscur des arcanes monégasques. Cette coulisse où des courtisans font discrètement passer leur message auprès de la direction. "C'est vrai, il y a beaucoup d’intrigants qui soufflent à l’oreille de Vadim Vasilyev (le vice-président)", nous confie un témoin historique de ces relations alambiquées.

A l’écoute de tout ce qui se dit en interne, Leo ne s’embarrasse plus. Prêt à mourir avec ses idées et avec ses joueurs, le technicien se permet dès lors de tenter des coups tactiques un peu fous, comme à Paris (système 5-3-2), ou comme face à Marseille (quand il titularisait Lacina Traoré en pointe). Des stratégies osées, mais payantes.

Jardim cultive sa différence

Sous contrat jusqu’en 2019 avec l’ASM, Jardim ne craint pas d’être remercié. Alors il se prend au jeu, et ce, avec succès, puisque l’ASM lorgne toujours sur cette deuxième place, accessit direct pour la Ligue des Champions.

D’ailleurs quand on lui parle des luttes intestines qui tourmentent le club (rumeur Puel, tiraillement entre salariés français et portugais), le principal intéressé fait semblant de ne pas comprendre, de ne pas s’émouvoir. Pour autant, cela ne l’empêche pas de mobiliser ses joueurs en les éloignant – dès qu’il le peut – de l'opaque contexte monégasque.

EN SAVOIR + >> Mercato : et si Monaco relançait Balotelli


Ces dernières semaines, Leo Jardim a donc souhaité réunir son groupe à deux reprises. La première, c’était le 24 mars dernier pour un barbecue géant au Cap d’Estel avant le déplacement à Paris. La deuxième, c’était le week-end dernier lorsque l’ancien de Braga a imposé une mise au vert à Théoule-sur-Mer, à 70 km de la Principauté. Deux initiatives qui ont a posteriori renforcé la cohésion de son groupe.

Enfin unis ?

Pour la réception de Marseille (2-1), Jardim avait aussi décidé de s’appuyer sur dix joueurs ayant joué la saison dernière. Seul, Helder Costa, titulaire dimanche dernier, n’était pas présent lors de l’exercice précédent. Une méthode de coaching assez logique, puisque désormais, il ne reste plus quelques matchs couperets à disputer.
Dans l’esprit du Lusitanien, tout est maintenant question de détermination, d’intensité. C'est pour cette raison qu'l va maintenant s’appuyer sur des joueurs dont il connait la mentalité.

EN SAVOIR + >> Tous les matchs en direct, c'est par ici 


C’est notamment le cas de Nabil Dirar, joueur spécial pour Jardim. Ce dernier s’est d’ailleurs réjoui publiquement de sa réintégration. Il y a deux semaines, l’état-major de l’ASM l’avait pourtant mis à pied en raison d’une amende que le joueur ne voulait pas payer . Une décision qui a étonné le staff technique. "Dirar ? C’est un joueur d’équipe, et on en a besoin", souffle un habitué de la Turbie.

A l’instar de Toulalan, l’international marocain apporte beaucoup d’équilibre à cette équipe monégasque. Un équilibre essentiel pour un club toujours en phase avec son objectif de fin de saison. N’en déplaise à tous ceux qui s’agacent de la frilosité de Jardim. Elle lui permet de n'avoir perdu que trois matchs en Ligue 1 en 2016... 

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.