Roger Federer a songé à abandonner en finale de Coupe Davis

SPORT

TENNIS – Longtemps incertain pour la finale de Coupe Davis face à la France, Roger Federer a expliqué lundi matin après son succès face à Lu au premier tour de l'Open d'Australie, qu'il avait songé à abandonner face à Richard Gasquet en novembre dernier. Le Suisse avait finalement rapporté le point de la victoire à la Suisse.

Cette finale de Coupe Davis entre la France et la Suisse était, quoi qu'il arrive, historique, et aujourd'hui encore, les acteurs de cette rencontre livrent des anecdotes croustillantes à l'image des récentes déclarations de Jo-Wilfried Tsonga . Dimanche, c'est du côté Suisse que l'on s'est plongé dans les coulisses de cette opposition. Dans un entretien accordé à l'Equipe, Stan Wawrinka expliquait notamment que Roger Federer "n'était pas au top du tout le dimanche" lors de son match décisif face à Richard Gasquet. Le numéro 2 suisse rajoutait qu'il avait alors reçu un texto durant le rencontre qui lui disait "prépare-toi". "Je ne sais pas exactement ce qu'il a eu parce que, du coup, après la victoire, on en a plus discuté."

Une déclaration qui étonne, tant Federer avait survolé le match face à Gasquet, qui s'était disputé en seulement trois sets. Après sa victoire face à Lu ce lundi matin, lors du premier tour de l'Open d'Australie , le numéro 2 mondial s'est alors un peu plus étendu sur le sujet, et a livré des explications sur cette fameuse blessure au dos, qui aurait pu le priver de la finale de Coupe Davis. "Jusqu'au mercredi, je ne pouvais même pas courir. Alors, jouer… Il n'y avait pas grand-chose à faire à part attendre. J'ai pris des antidouleurs, des costauds. Et au bout de deux jours et demi, j'ai pu recommencer à courir."

Richard Gasquet n'avait rien vu venir

Mis à mal par Gaël Monfils le vendredi après-midi, le recordman de victoires en Grand Chelem avait joué le double avec Wawrinka le lendemain et cette rencontre décisive contre Gasquet le dimanche. Lors de cette dernière, ses douleurs au dos sont alors réapparues, d'où le fameux texto envoyé à son coéquipier. "C’est arrivé lorsque je menais 4-2 dans le premier set. J’ai crû que cela allait faire la même chose qu’à Londres (face à Wawrinka), j'ai eu un spasme J'ai pensé que c'était foutu. A ce moment-là, j’étais encore loin d’avoir gagné le match. J’ai donc prévenu les membres du staff pour qu’ils appellent Stan" explique Federer.

Cette petite alerte au dos n'a finalement eu aucune conséquence sur le résultat du match, puisque "Roger" l'avait emporté facilement (6-4, 6-2, 6-2), sans avoir l'air de forcer son talent. Et ce n'est pas Richard Gasquet qui nous contredira. Avec franchise, il reconnaît qu'il ne s'était pas aperçu qu'il avait face à lui un joueur amoindri. "Je n’ai rien vu et je crois d’ailleurs que cela s’est vu sur le terrain que je n’ai rien vu. Le score est là pour en témoigner." On n'ose pas imaginer ce qu'il en aurait été avec un Federer à 100% de ses moyens...

Lire et commenter