Roland-Garros 2014 : "El Loco", le phénomène Laurent Lokoli

SPORT

TENNIS – Issu des qualifications le Français, n° 406 mondial, débute son premier Roland-Garros mardi, face à l'Américain Steve Johnson (n° 64). Et c'est sans pression apparente que Laurent Lokoli semble aborder cet événement.

Il s'est vite habitué à la lumière. Encore inconnu la semaine passée, Laurent Lokoli est la sensation de ce début de Roland-Garros. Le jeune Corse (19 ans), happé par une médiatisation soudaine depuis sa qualification pour le tableau final et sa séance de breakdance au côté de Gaël Monfils , paraît gérer tout ça tranquillement. Presque avec professionnalisme. "Certains joueurs auraient peut-être peur de tout cela. Moi au contraire, je me dis que je suis sur la bonne voie mais qu'il faut continuer", a expliqué lundi le 406e joueur mondial face aux médias.

Décontracté devant journalistes, Lokoli a déjà les bons réflexes : en préambule de sa conférence de presse, il a précisé que le compte Twitter à son nom qui a été créé n'était pas le sien. Plus adepte de Facebook , il surveille tout ce qui se passe, tout ce qui se dit sur lui sur les réseaux sociaux. "On m'a déjà donné un surnom, les gens m'ont appelé 'El loco', le fou, explique-t-il. J'apprécie ce surnom, cela m'a fait sourire." Une bonne humeur que Lokoli a peu perdue quand il a découvert que pour son premier tour à Roland-Garros, il devrait en découdre avec Steve Johnson (n° 64).

"J'assume mon côté show man"

Pas vraiment à cause du niveau de l'Américain, mais tant qu'à ne jouer qu'un premier tour, autant le faire contre une star. "J’ai prié pour pouvoir tomber sur un Federer, confie encore le jeune homme. C'est normal, on a envie d'affronter son idole." Décidé à pleinement profiter de cette incroyable ascension, le Corse paraît avancer sans beaucoup de pression. Le décorum ne l'effraie pas, vu qu'il joue à Roland-Garros à l'année, et et qu'il connaît donc bien les lieux.

Et l'ambiance, le public, Lokoli veut en faire une force. "Tout est naturel. J'assume totalement mon statut de show man", explique celui qui compte bien enflammer la porte d'Auteuil mardi. Sans complexe et volubile, Lokoli apparaît sûr de lui. Peut-être un peu trop, "je pense que la mèche est allumée" a-t-il estimé sans doute emporté par sa jeunesse et le tourbillon médiatique. Gare au pétard mouillé, tout de même.

Lire et commenter