Roland-Garros 2016 : pas de psychose mais une sécurité maximale à cause de la menace terroriste

Roland-Garros 2016 : pas de psychose mais une sécurité maximale à cause de la menace terroriste

SPORT
DirectLCI
TENNIS - A moins de trois semaines de l'ouverture du tournoi parisien (22 mai-5 juin), s'est déroulée ce mardi la conférence de presse de lancement de cette édition 2016 de Roland-Garros. Un exercice médiatique durant lequel Guy Forget, le nouveau patron du Grand Chelem tricolore, a évoqué l'enjeu sécuritaire devenu omniprésent depuis les attaques à Paris et Bruxelles.
Ici, ce n'est pas le foot. Si le maintien de l'Euro en France (10 juin-10 juillet) revêt d'un enjeu national (politique, économique...), amenant même le gouvernement à montrer les muscles, la menace terroriste pèse aussi sur d'autres compétitions sportives. Roland-Garros, tout comme le Tour de France, est évidemment de celles-là. Mais c'est sans rodomontades que la Fédération française de tennis a profité de la conférence de presse de lancement du tournoi parisien ce mardi pour évoquer les mesures de sécurité accrues autour du site de la porte d'Auteuil.
 
"Cet enjeu est au cœur de nos priorités cette année encore, avec un dispositif évidemment renforcé en 2016, a notamment expliqué Guy Forget, nommé directeur des Internationaux de France en février dernier. On ne l'a pas élaboré tout seul car nous avons eu en amont le soutien de la préfecture de police de Paris". Il s'agira pour la FFT et les autorités de faire en sorte que les plus de 400.000 spectateurs (très exactement 463.328 l'an passé) qui vont venir assister au presque millier de matches (835 sur l'ensemble du tournoi) joueur durant la quinzaine, puissent jouir du spectacle en toute sérénité.
 
Double périmètre de sécurité, détecteurs de métaux et fouilles systématiques
 
Au programme, un peu à l'image du Stade de France durant le Tournoi des VI nations et lors du match amical entre l'équipe de France de football et la Russie, un double périmètre de sécurité autour de l'enceinte et seulement trois points d'entrée (contre une dizaine précédemment) équipés de détecteurs de métaux et de chiens renifleurs. "Tout le monde sera systématiquement fouillé, ce qui risque d'allonger le temps d'attente pour entrer dans le site", prévient d'ailleurs Forget. Il faut dire que l'inquiétude a parfois été palpable, même chez les joueurs, comme l'expliquait à metronews Jérémy Chardy, croisé durant pendant le tournoi de Monte Carlo, à l'occasion d'une opération de son équipementier Tecnifibre.
 
"C'est vrai que certains, notamment les étrangers, ne sont posés quelques questions après les attaques de novembre à Paris. Mais moi, je n'y pense pas, confie le 33e joueur mondial. On connaît tous la sécurité qu'il y a chaque année à Roland-Garros et on sait qu'elle sera encore plus élevée pour cette édition". C'est le message qu'ont d'ailleurs voulu faire passer la FFT et Guy Forget, le patron de Roland-Garros assurant aussi que "les questions que se posent les joueurs sont les mêmes que lorsqu'ils se rendent à Madrid ou à Wimbledon (Londres) car personne n'est à l’abri de ce genre d'événement". Et c'est bien ça le problème. 
 
À LIRE AUSSI
>>  Les vainqueurs du tournoi empocheront 2 millions d'euros !
>> Toute l'actu sport de metronews

Sur le même sujet

Lire et commenter