Roland-Garros 2017 : "Franchement, ça m'a énervé que Richard (Gasquet) se blesse", lâche Gaël Monfils

DirectLCI
TENNIS –Alors que le 3e set battait son plein, Richard Gasquet a renoncé à se battre contre la douleur. Gaël Monfils remporte ainsi un choc franco-français jusqu’alors très accroché, et retrouvera une autre vieille connaissance, Stan Wawrinka lundi en 8es de finale.

Il n’y a peu eu match. Ou si peu... Il y avait déjà eu une interruption causée par la pluie samedi soir, alors que le premier set n’était même pas encore arrivé à son terme. A ce moment-là, c’était Gaël Monfils qui menait le bal face à Richard Gasquet (6-5). Le choc entre les deux vieux amis, leur tout premier à Roland-Garros, a repris ce dimanche. Monfils, tout en brutalité, s’est adjugé la 1ère manche au bout du jeu décisif (7-6). Gasquet, à coups de revers de veloutés, a pris la suivante (7-5). Et puis patatras ! Le Biterrois, qui souffrait encore du dos au début du tournoi, a vu sa cuisse droite le lâcher. Il a bien tenté de continuer le combat, menant même 4-3 et prenant l’ascendant dans le jeu, mais il a fini par lever la main au ciel et se résigner. Sans puiser dans toutes ses ressources, Monfils obtient ainsi le droit de défier Stan Wawrinka, n°3 mondial, en 8es de finale. 

"Mon dos va mieux mais je souffre encore d'une crulalgie sa ma cuisse, a expliqué Gasquet après coup. Le nerf est irrité. Je savais avant le match que ce serait dur mais je ne m'attendais pas à une douleur aussi vive. Hier (samedi), ce n'est déjà pas super... J'ai essayé d'oublier mais au milieu du 2e set, je n'arrivais plus à bien courir. Je ne pense pas que ce soit trop grave mais j'avais trop mal pour continuer. C'est forcément frustrant, c'était un grand court, un grand match..."

De son côté, Gaël Monfils a eu du mal à se dire satisfait par cette qualification : "On ne veut jamais gagner de cette façon, alors en plus quand tu joues un pote... Franchement, c'est mieux pour moi que ça se soit arrêté plus tôt mais j'ai lâché beaucoup d'influx nerveux sur le court. J'ai les muscles crispés, ce n'est pas de la bonne fatigue. J'étais bien rentré dans mon match hier (samedi) mais aujourd'hui je me sentais moins bien, je n'ai pas retrouvé les bonnes sensations de la veille. Je me suis fait mal sur la balle du premier set. C'était un match très décousu, il y avait du vent. Et puis ça m'a énervé que Richard se blesse ! Il s'est relâché et il s'est mis à jouer dix fois mieux, alors que je voyais bien qu'il avait du mal à courir. Tout ça a créé beaucoup de frustration en moi. J'espère pouvoir récupérer mentalement."

La salle de presse en a rigolé, mais lui affichait un air grave. Paradoxalement, c'est seulement quand il a dû évoquer la perspective d'affronter un n°3 mondial en pleine bourre que son regard s'est finalement éclairé : "Stan je le kiffe, c'est aussi mon pote. On se voit souvent pour boire des verres ensemble, on vit presque dans la même ville en Suisse. Tennistiquement, il est beaucoup plus fort que moi, en tout. C'est un monstre physique alors que moi je suis juste pas mal. Si je pense avoir la caisse physique pour le battre ? C'est une bonne question mais je ne me la pose même pas. Je verrai." Richard Gasquet, en tout cas, s'est voulu optimiste : "Gaël est toujours très dur à battre à Roland-Garros. Il connaît très bien Stan et il aura l'appui du public, qui sera important. Moi, j'y crois pour lui." Cela en fait au moins un.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter