Route du Rhum : Thomas Coville heurte un cargo et doit abandonner

SPORT

VOILE - Il y a eu beaucoup de casse lors de la première nuit de course, de dimanche à lundi. Le skipper de Sodebo Ultim', Thomas Coville, voit même sa Route du Rhum déjà terminée.

Son statut de favori aura fait long feu. Il a duré en tout et pour tout douze petites heures après le départ de la 10e édition de la Route du Rhum , dimanche à Saint-Malo. Le pauvre Thomas Coville avait pourtant pris la tête de la course après le 3e pointage, peu après 18h. Mais, à 23h30, son trimaran a heurté un cargo de plein fouet. Dans la foulée, son équipe technique de Sodebo Ultim' a précisé que le skipper se trouvait sain et sauf mais que son bateau "a perdu l’avant du flotteur tribord jusqu’au bras de liaison, la coque centrale semblant avoir été aussi endommagée à l’avant". Dit autrement : il est bien trop endommagé pour espérer reprendre la course.

C'est pas l'homme qui prend la mer...

Ce multicoque de 31 mètres conçu sur les vestiges de Geronimo, le bateau d'Olivier de Kersauzon pour le trophée Jules Verne, Thomas Coville en parlait justement à metronews avant de prendre la mer  : "Quand on l'a racheté début 2013, c'était un bateau en très mauvais état, posé sur un parking depuis six ans. Olivier de Kersauzon prend aussi bien soin de ses bateaux que de ses femmes ! Il a fallu changer la coque centrale, irrécupérable. Pour le remettre en état, on s'est enfermé avec des anciens architectes de la Coupe de l'America. Ils avaient faim d'un nouveau défi, ils ont été servis ! Aujourd'hui, je me présente sur la ligne de départ avec un des trois bateaux qui ont le plus de chances de gagner." Toute la cruauté de la voile résumée dans cette lecture a posteriori.

Cette première nuit aura, du reste, été très agitée pour tout le monde. Maître Jacques, le Multi 50 de Loïc Féquet, a, lui, vu son flotteur tribord se casser alors qu'il se trouvait en 4e position. "Il y avait 25-28 nœuds et une mer formée, mais je n'étais pas à l'attaque, au contraire ! Je n'ai rien heurté. Ça a cassé exactement au même endroit que l'an dernier (lors du 2e jour de la Transat Jacques Vabre, en novembre 2013, ndlr), mais cette fois, le flotteur est tout neuf", enrageait le skipper tandis qu'un remorqueur de la SNSM le tractait vers le port le plus proche. Enfin, l'ex-perchiste Jean Galfione a annoncé vers 20h qu’il avait heurté la bouée Nord Horaine située au large de Paimpol, brisant la coque de son Class40 sur trois mètres à l’arrière. La chance du débutant repassera.

Lire et commenter