Commotions : l'Anglais Steve Thompson "ne se souvient pas" d'avoir gagné la Coupe du monde en 2003

L'ancien pilier Steve Thompson ne se "souvient plus" du sacre anglais à la Coupe du monde 2003.

COMBAT - Dans une interview au Guardian, l'ancien talonneur anglais Steve Thompson, qui souffre de démence précoce, raconte avoir perdu tout souvenir du sacre du XV de la Rose qu'il a pourtant connu en 2003. Soixante-dix rugbymen ont initié un recours en justice les instances, qu'ils jugent responsables des séquelles cérébrales dont ils sont victimes.

Les titres et les souvenirs. À la fin d'une carrière, c'est ce qu'il reste. En 2003, Steve Thompson a remporté la Coupe du monde avec le XV de la Rose, signant l'exploit le plus retentissant d'une riche carrière conclue en 2011. Retiré depuis des terrains de rugby, il devrait feuilleter, avec nostalgie, son album à souvenirs. Sauf que, dix-sept ans après, l'ancien talonneur anglais livre un témoignage effarant. "Je ne m'en souviens pas. Je n'ai pas de souvenir", raconte au Guardian l'ancien rugbyman, diagnostiqué d'une démence précoce et d'une encéphalopathie traumatique chronique probable. À seulement 42 ans. 

"Vous nous voyez soulever la Coupe du monde et je peux me voir sauter sur les images. Mais je ne m'en souviens plus. C'est comme si je regardais jouer l'Angleterre maintenant. Sauf que j'étais là. Mais je ne me souviens pas du tout d'avoir été là. Honnêtement, je ne connais le score d'aucun de ces matchs", confie l'ex-international à 73 reprises, passé par Brive, à qui il arrive d'oublier le nom de sa femme, un livre qu'il a lu et les émissions qu'il a regardées. "C'est le rugby qui m'a fait vivre ça", affirme-t-il. "Ça", ce sont les séquelles de commotions cérébrales répétées subies pendant ses treize saisons au haut niveau. 

Il ne savait qu'il donnait son cerveau au rugby- Mel, la femme d'Alix Popham, ancien international gallois

Un cas loin d'être isolé. Michael Lipman, l'ex-flanker anglais de Bath (40 ans, 10 sélections), souffre des symptômes d'une démence légère. Alix Popham, l'ancien troisième ligne gallois de Brive (41 ans, 33 capes), a lui aussi été diagnostiqué. Dans une interview à BBC Sport, sa femme, Mel, relate notamment qu'il a oublié avoir allumé le gril, mettant le feu à la cuisine, et qu'il s'est perdu, une semaine plus tard, lors d'une balade à vélo qu'il a fait plusieurs fois. "Il a donné son cœur, son corps et son âme au rugby. Il l'a complètement fait. Mais il ne savait pas qu'il donnait son cerveau", témoigne-t-elle, en larmes.

Lire aussi

Un recours en justice d'une ampleur inédite

Maux de tête, vertiges, convulsions, vomissements ou perte de la mémoire... Malgré les mesures de protection prises récemment pour limiter leurs conséquences, les rugbymen sont exposés à des chocs de plus en plus violents, pouvant engendrer un traumatisme crânien qui entraîne un dysfonctionnement temporaire du cerveau. Pour la première fois, selon The Irish Times, un groupe de 70 joueurs de rugby, dont Steve Thompson, Michael Lipman et Alix Popham, ont intenté une action en justice contre World Rugby et les Fédérations anglaises et galloises, pour mauvaise prise en charge des commotions. 

Une "bombe à retardement" pour les rugbymen, selon Richard Boardman, l'avocat des rugbymen en question, qui évoque des "symptômes inquiétants", comme "la dépression, de fortes pertes de mémoire, des sautes d'humeur et quelques tentatives de suicide ratées". Parmi les documents appuyant leur action en justice, les plaignants mettent en avant une étude réalisée par l'université de Montfort, à Leicester, pointant la responsabilité de World Rugby avec un repos forcé pour un joueur commotionné qui n'a cessé de décroitre, passant de trois semaines en 1975 à six jours seulement en 2011. 

En vidéo

ARCHIVE - Dan Biggar, une titularisation qui pose question après deux commotions

D'autres joueurs devraient venir se greffer à ces poursuites, révèle Carl Hayman, l'ancien All Black (41 ans, 45 sélections) et du RC Toulon, au New Zealand Herald. "C'est une liste qui ne cesse de s'allonger. Je pense que ce sera quelque chose d'assez substantiel qui en découlera", indique-t-il. Avec une démarche similaire, "la NFL a accepté un règlement de 765 millions d'euros en 2013 après que 4500 anciens joueurs ont poursuivi la Ligue, l'accusant de dissimuler les dangers de commotions cérébrales", rappelle The Irish Times. Avec ce recours collectif, les rugbymen espèrent aussi faire changer leur sport. Pour le mieux.

Les plus grands athlètes au parcours exceptionnel, se livrent au micro de Grégoire Margotton, dans le podcast "Club Margotton".

Ecoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée ! 

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Des témoignages uniques pour comprendre ces histoires de sport extraordinaires. Un podcast du Groupe TF1.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Omicron : 12 cas d'infection désormais détectés en France, 38 pays concernés par le nouveau variant

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.