Six Nations : de retour, Romain Ntamack veut prouver qu'il est toujours le numéro un

L'heure de retrouver la lumière des projecteurs pour Romain Ntamack, brillant lors du Six Nations 2020.

CONCURRENCE - Blessé puis remplaçant, l'ouvreur toulousain retrouve le XV de départ des Bleus ce vendredi face à l'Écosse. L'opportunité de rappeler son statut de taulier au poste de N°10.

L'heure est (re)venue. Rongeant son frein depuis plus de deux mois après une double fracture de la mâchoire, Romain Ntamack réintègre, ce vendredi contre l'Écosse, le XV de départ de l'équipe de France. Il remplace son concurrent, Mathieu Jalibert, auteur d'un Tournoi des Six Nations 2021 très convaincant mais rapidement touché lors de la dernière rencontre contre le Pays de Galles. Le Toulousain retrouve donc son rôle de chef d'orchestre des Bleus pour LA rencontre décisive de la compétition. Une responsabilité à double tranchant. 

Mi-décembre 2020, l'ouvreur de 21 ans ne voyait aucune ombre à l'horizon. Titulaire incontestable avec le XV de France et rouage essentiel de l'excellent collectif du Stade Toulousain, le champion du monde junior 2018 s'imposait comme l'une des nouvelles star du rugby français. Et puis patatras. Une fracture à la mâchoire et plusieurs semaines loin des terrains ont rebattu les cartes. Propulsé à l'ouverture, le Bordelais Jalibert a profité du vide pour séduire, reléguant au second plan "RNT". Rappelé dès son retour à la compétition par le staff tricolore - signe de la confiance qui lui est accordé -, Romain Ntamack n'a ainsi pas regagné immédiatement ses galons de titulaire, vivant deux rencontres sur le banc des remplaçants. 

Toute l'info sur

Le XV de France au Tournoi des Six Nations

"Très solide" lors de son entrée face au Pays de Galles

Face au XV du Poireau, le Toulousain a néanmoins rapidement suppléé son jeune coéquipier, forcé de céder sa place après un choc avec Jonathan Davies. Un exercice dont il s’est plutôt bien tiré, contribuant à la victoire tricolore (32-30), malgré quelques tâtonnements compréhensibles à son entrée en jeu. "Romain a effectué un retour gagnant. Il a été solide, très solide dans un drôle de match où il a su répondre individuellement tout en menant notre organisation", s'est satisfait le sélectionneur Fabien Galthié. "Il a su prendre les bonnes décisions, mais aussi apporter tout son talent et ce que l’on connaît de lui." 

Lire aussi

Place désormais à un tout autre exercice : une titularisation dans un match couperet. Une "finale" qui peut permettre à la France de remporter le tournoi pour la première fois depuis 2010... Et pour Ntamack remettre de l'ordre à une hiérarchie devenue de moins en moins claire au fil des matchs. Hugo Mola, entraineur du Stade Toulousain, n'a en tout cas aucun doute sur la réussite de son poulain : "Romain est un garçon qui sait où il va et sur qui on peut compter en tout temps. Il a cette maturité, une tête de vieux sur des épaules de jeune." Et celui qui a mené les "Rouge et Noir" à leur vingtième titre de champion de France d'ajouter : "Même sans le KO (de Jalibert, NDLR), je pense qu’il aurait été logique qu’il soit titulaire." 

Un profil différent de Jalibert

S’il ne possède sans doute pas le grain de folie d’un Jalibert, Ntamack a pour lui la sobriété et la justesse. Il commet également peu d'erreurs, que ce soit au pied ou en défense. Un réel atout au niveau international. L'intéressé peut en plus compter sur son explosif compère Antoine Dupont pour le décharger d'une partie des responsabilités et l'aider à animer le jeu des Bleus. Un réel atout quand on se rappelle qu'il avait formé à ses côtés la meilleure charnière de la compétition lors du Tournoi 2020. 

De retour aux affaires, celui qui a longtemps été étiqueté "fils de" (Émile Ntamack NDLR) veut désormais faire parler son talent. Pour le collectif avant tout, mais aussi pour remettre les points sur les i dans la course à l'ouverture, un poste où le rugby français a rarement été aussi riche et fourni en pépites. "Pour une fois qu’on parle en bien de joueurs français au poste de numéro 10, on ne va pas s’en plaindre. Il faut en profiter, surtout que cette concurrence tire tout le monde vers le haut. La finalité, c’est que ça reste du positif et du bonus pour le XV de France", conclut l'intéressé. 

Vous aimez le sport ? Découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter