Ryan Lochte suspendu dix mois pour son coup de folie aux JO de Rio

Ryan Lochte suspendu dix mois pour son coup de folie aux JO de Rio
SPORT

SANCTION - Déjà lâché par la plupart de ses sponsors depuis qu’il a prétendu avoir été agressé par des policiers en pleins Jeux olympiques de Rio, le nageur star Ryan Lochte n'a pas été ménagé ce jeudi par les instances sportives américaines, qui lui ont notamment infligé une suspension de compétition de dix mois.

Contrairement à ses petits camarades, il avait échappé aux longues heures de garde à vue dans un commissariat de Rio de Janeiro, en sautant juste à temps dans un avion pour les États-Unis. Ce qui ne l’avait pas empêché d’être inculpé par la justice brésilienne pour "dénonciation mensongère d’un crime". Ce n’était qu’un début : ce jeudi, le Comité olympique américain et la Fédération américaine de natation ont infligé à Ryan Lochte une suspension du dix mois et l’ont condamné à vingt heures de travaux d’intérêt public. En outre, le sextuple champion olympique s’est vu interdire l’accès aux infrastructures nationales et ne recevra pas la prime pour son récent titre de champion olympique du relais 4x200m. Enfin, le nageur ne sera de la délégation des médaillés qui se rendent, traditionnellement après chaque JO, à la Maison blanche à l'invitation du président.

Lire aussi

    Un pipi qui coûte très cher

    On rembobine. Tandis que les JO battent leur plein, mais que les épreuves de natation viennent de prendre fin, Ryan Lochte, Gunnar Bentz, Jack Conger et James Feigen, tous médaillés d’or, prétendent avoir été braqués par de faux policiers le 14 août à l'aube, alors qu'ils rentraient en taxi au village olympique. Problème : les images de vidéo-surveillance les montrent hilares dans la station-service où l’incident était censé avoir eu lieu, et la police parvient vite à déceler des incohérences dans le récit des quatre hommes. Elle découvrira ensuite que, passablement éméchés, ils avaient uriné sur les murs et vandalisé une pancarte, avant de se quereller avec un vigile leur ayant demandé de nettoyer les traces de leur passage. 

    Lire aussi

      Une bonne nouvelle, tout de même, pour le grand rival de Michael Phelps, qui a perdu ses principaux sponsors et se retrouve vilipendé de toutes parts par les médias de son pays : la Fédération internationale de natation a pris acte des sanctions prises par les instances américaines, les estimant "adéquates et suffisantes, en conséquence de quoi elle "ne prononcera pas de sanctions supplémentaires". Un moindre mal. Le jeudi 25 août, un commissaire de police de Rio, Clemente Braune, indiquait à la chaîne TV Globo que Ryan Lochte serait appelé à faire sa déposition au Brésil. Puis précisait : "S’il ne vient pas, la procédure se poursuivra sans la présence de l’accusé jusqu’à la décision finale. Une fois cité à comparaître, qu’il vienne ou non à l’audience, la peine est la même : un à six mois de prison."

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent