"C'est un truc de malade" : Mathieu Faivre, un "géant" couvert d'or

"C'est un truc de malade" : Mathieu Faivre, un "géant" couvert d'or

PORTRAIT - Sacré mardi sur l'épreuve du parallèle, Mathieu Faivre a remporté ce vendredi 19 février le slalom géant des Mondiaux de Cortina d'Ampezzo en Italie. À 29 ans, le Niçois, arrivé sur la pointe des pieds après plusieurs saisons de galères, a surpris sur les pistes. Il est au sommet de son ski.

Un demi-siècle que la France n'avait plus connu ça. Déjà titré en parallèle, mardi 16 février, Mathieu Faivre rentre d'Italie recouvert d'or. Le Niçois de 29 ans est devenu ce vendredi 19 février champion du monde de slalom géant lors des Mondiaux de ski alpin de Cortina d'Ampezzo, en Italie. Pas vraiment attendu à ce niveau, il a profité de la sortie de piste de son compatriote, le numéro 1 mondial de la discipline Alexis Pinturault, qui avait pourtant signé le meilleur temps de la première manche, pour devancer l'Italien Luca De Aliprandini (+0"63) et l'Autrichien Marco Schwarz (+0"87) en bas du tracé.

"Pour l'instant c'est irréel, c'est un truc de malade", a déclaré le skieur d'Isola 2000 après la course au micro de France 3. "Je suis fier de ce que j'ai fait même si tout n'a pas été parfait. Je crois que le plus important c'était d'y croire jusqu'au bout, de s'engager pleinement. Je suis vraiment heureux." Heureux, il peut l'être en effet. Mathieu Faivre est le premier Français sacré en slalom géant depuis Jean-Claude Killy, il y a 53 ans. Et, comme si ce n'était pas déjà assez, le géantiste est aussi le premier représentant tricolore à remporter deux épreuves sur une même édition depuis "King Killy" à Grenoble 1968. 

Un exploit majuscule pour ce fils de moniteur de ski, qui a fait ses premières armes sur les pistes d'Isola 2000, où il est toujours licencié. Identifié très jeune comme un espoir du ski alpin tricolore, Mathieu Faivre franchit les étapes, les unes après les autres. En minimes d'abord en remportant les championnats de France de géant et super-G, en cadets ensuite en descente, géant et super combiné, en juniors enfin, en raflant le titre de champion du monde de géant le 31 janvier 2010, à tout juste 18 ans. Une victoire qui lui ouvre les pistes des seniors. Là aussi, il va vite. Il obtient deux titres de champion de France, en slalom (2010) et en super-combiné (2011). En 2013, il se spécialise pour le géant et intègre l'équipe de France en Coupe du monde. 

Au sommet à Val d'Isère

Plein d'espoirs, il s'envole pour ses premiers Jeux d'hiver à Sotchi en 2014. "Je n'y vais pas pour finir quinzième non plus, je vais tout mettre en œuvre pour jouer devant le jour J", prévient-il. Sauf que, le jour J, tout ne se passe pas comme prévu. Il doit se contenter d'une décevante 24e place sur sa discipline. Pas de quoi perturber le natif des Alpes-Maritimes, bien décidé à faire parler son ski plutôt que lui-même. Le 13 février 2016, Mathieu Faivre marque les esprits. Il monte sur son premier podium en Coupe du monde en terminant deuxième du slalom géant de Naeba. Un avant-goût de ce qui l'attend, dix mois plus tard. 

Le 4 décembre 2016, il s'impose dans le slalom géant de Val d'Isère, sa première victoire en Coupe du monde. "Je fais ça au feeling, à l'instinct. C'est maintenant le plus dur qui commence. J'espère que ce n'est pas le point d'orgue de ma carrière. Je reste calme, car ce n'est pas un aboutissement", confie le Français. Dans la foulée, c'est en groupe qu'il atteint le sommet. Lors des Mondiaux de Saint-Moritz, en Suisse, il fait partie de l'équipe de France qui décroche l'or du Team Event, en compagnie d'Alexis Pinturault, Tessa Worley, Adeline Baud et Nastasia Noens. En individuel, en revanche, il commence à manger son pain noir.

Renvoyé des JO d'hiver 2018

Septième en géant aux JO de Pyeongchang, loin de l'objectif qu'il s'était fixé, Mathieu Faivre est prié de quitter la Corée du Sud "pour raison disciplinaire". Malgré le tir groupé des Français, réalisé avec ses coéquipiers Pinturault (3e), Fanara (5e) et Muffat-Jeandet (6e), le skieur d'Isola 2000 se dit "dégoûté du résultat". "Si vous saviez ce que j'en ai à foutre du tir groupé collectif... Je suis là pour ma pomme, pour faire ma course", lâche-t-il, sous le coup de la déception. Il fait son mea culpa dans un message sur les réseaux sociaux, mais c'est trop tard : il n'est pas aligné pour l'épreuve par équipes et prend le premier vol pour la France. 

C'est alors qu'il commence une longue traversée de poudreuse. Dans sa tête et sur ses skis, il broie du noir. Seul un podium, une deuxième place à Sölden, en Autriche, en octobre 2019, lui fait espérer des jours meilleurs. Et, puis, plus rien. Sur les douze géants qui suivent, le Niçois n'entre jamais dans le Top 5. Très exigeant avec lui-même, il se réfugie dans le travail, s'accrochant à l'espoir de retrouver son ski, réputé sur le circuit pour sa finesse et sa justesse. "Ces dernières semaines, il a quand même produit un bon ski dès les entraînements", a commenté Fabien Saguez, le DTN français, béat devant la performance de Faivre. "Il montait en puissance mais de là à dire qu'il allait être double champion du monde..."

Quatre jours après s'être offert un premier podium individuel mondial en slalom parallèle, une discipline baroque qu'il n'a jamais vraiment appréciée, le spécialiste de géant, numéro 2 mondial en 2017, a une nouvelle fois créé la sensation. "Après le parallèle, je me demandais qu'est-ce que ça pourrait faire d'être champion du monde de géant, en tout cas d'avoir une médaille en géant... (...) J'ai encore du mal à y croire", a avoué le double champion du monde. Et, pourtant, tout ça est bien vrai.

Vous aimez le sport ? Alors découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Le Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Des témoignages uniques pour comprendre ces histoires de sport extraordinaires. Un podcast du Groupe TF1.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Lire et commenter