Une caricature de Serena Williams créé la polémique

Une caricature de Serena Williams créé la polémique

SPORT
DirectLCI
TENNIS – Raciste et sexiste ? Le dessinateur australien Mark Knight doit faire face à une vague de critiques après la publication d’une caricature de Serena Williams.

La colère de Serena Williams lors de l’US Open n’en finit pas de créer des remous. La championne américaine a reçu une amende de 17.000 dollars, notamment pour avoir qualifié l’arbitre de chaise de menteur et de voleur (de points). Pour la jeune femme, il s’agit clairement de sexisme. Politique du deux poids deux mesures quant au traitement réservé aux joueurs et joueuses ? Ou coup de sang intolérable et sanction justifiée ? Les deux camps s’affrontent.


Le caricaturiste australien Mark Knight a choisi son camp. Son dernier dessin, publié dans le journal Herald Sun dépeint une Serena sautant à pieds joints sur sa raquette, l’arbitre demandant à son adversaire si elle ne "peut pas la laisser gagner". Sexiste, répondent de nombreux internautes et surtout … raciste. Car la joueuse de Tennis est dépeinte de manière très masculine et avec des lèvres proéminentes.

L'auteure de la saga des Harry Potter J. K. Rowling est rapidement montée au créneau, "félicitant" Mark Knight pour "avoir réduit l'une des plus grandes sportives vivantes à des tropes racistes et sexistes et d'avoir transformé une autre grande sportive en accessoire sans visage". 


Des internautes se sont également interrogés sur le fait que l’adversaire de Serena Williams, la japonaise Naomi Osaka, soit représentée sous les traits d’une femme blonde et blanche.

La star - australienne - de NBA, Ben Simmons, s’est dit "profondément déçu". Le débat est même remonté jusqu’au congrès américain où certains membres ont exprimé leur opposition.

Le caricaturiste a répondu à ses détracteurs qu’il n’y avait là rien de sexiste, ni de raciste. Pour preuve, il a publié une autre caricature, montrant le joueur de tennis australien Nick Kyrgios, en train de "mal se comporter" : "Ne mêlez pas le genre à ça, c'est une question de comportement." 

Le journal Herald Sun a également rapidement pris sa défense. Les conservateurs ont de leur côté indiqué qu’ils exprimeraient au Sénat leur soutien à toute "liberté de la presse".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter