Top 14 : Montpellier saisit la justice après le report de son match face au Racing 92

SPORT

TENSIONS - Après l'annonce du report des matchs Castres Olympique / Stade Français et Montpellier Hérault Rugby / Racing 92, Montpellier a annoncé son intention de contester la décision. À l'inverse, Castres ne s'opposera au report.

Ce vendredi, la Ligue nationale de rugby (LNR) a annoncé par communiqué avoir "pris en compte le caractère inédit de la situation et a décidé de manière exceptionnelle de reporter à une date ultérieure les matches Castres Olympique / Stade Français et Montpellier Hérault Rugby / Racing 92 de ce weekend." Depuis lundi, les joueurs du Stade Français sont en grève pour protester contre le projet de fusion entre le Racing 92 et leur club.

Montpellier contre le report

Cette décision de la LNR va être contestée par le Montpellier Hérault Rugby (MHR) devant les tribunaux. La direction du club et son président, Mohed Altrad, ont annoncé avoir saisi le tribunal administratif de Paris. Le club demande par ailleurs "l'intervention du président" de la Fédération, Bernard Laporte.

"Le Montpellier Hérault Rugby est en opposition avec le report du match MHR - Racing 92 initialement prévu demain (samedi) à 20h45 à l'Altrad Stadium, et utilisera toutes les voies de recours à sa disposition pour que le match se déroule conformément au calendrier préétabli", affirme dans un communiqué le club. Ce dernier "dépose donc une requête en référé-suspension auprès du tribunal administratif de Paris, une requête auprès de la conciliation du CNOSF et demande l'intervention du président de la FFR." En attendant la décision du tribunal, les joueurs se sont entraînés cet après-midi sur la pelouse de l’Altrad Stadium.

Castres accepte le report

À l’inverse de Montpellier, le Castres Olympique ne s’opposera pas au report du match contre le Stade Français. "Le club préfère affronter le Stade Français plutôt que gagner la rencontre sur tapis vert, ce qui n'aurait été ni confortable, ni très glorieux. Ce report ne nous gêne pas. Et je le redis, nous préférons affronter le Stade Français plutôt que constater son absence", a souligné Pierre-Yves Revol, le président du Castres Olympique.

"Ce n'est pas le moment d'ajouter de la confusion à la confusion. Je crois que les dirigeants du Stade Français et du Racing n'ont pas mesuré l'ampleur de l'émotion qu'allait susciter cette fusion entre les deux clubs et toutes les répercussions que ça allait entraîner", a-t-il ajouté. La seule difficulté sera de reprogrammer le match étant donné que les Parisiens sont qualifiés pour les quarts de finale du Challenge Européen.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter