Toumany Coulibaly, sprinteur le jour et cambrioleur la nuit

Toumany Coulibaly, sprinteur le jour et cambrioleur la nuit
SPORT

RÉCIDIVE - D'après Le Parisien, le champion de France du 400 m en 2015 a été arrêté par la sûreté départementale de l'Essonne et les policiers du commissariat de Sainte-Geneviève alors qu'il venait de cambrioler un hypermarché de la ville dans la nuit de samedi à dimanche. Pas une première pour Toumany Coulibaly, qui a ensuite été placé en garde à vue pour vol en bande organisée.

"À 15 heures, j'étais sur le podium, à 23 heures, je cambriolais un magasin de téléphone aux Ulis." Voilà comment Toumany Coulibaly, dépeignait sa lutte avec ses démons lors de sa dernière sortie de prison en décembre dernier. Mais depuis samedi soir, Toumany Coulibaly dort à nouveau en cellule. Champion de France en salle de 400 m en 2015, le sprinteur avait une liberté qui tenait à peu de chose suite à diverses condamnations avec sursis ou des aménagements de peine lors de précédents procès pour vol en bande organisée. Mais le Montreuillois de naissance, âgé de 28 ans, a de nouveau été arrêté à la sortie de la grande surface avec ses complices les mains pleines de matériel hi-fi et de téléphonie pour une valeur de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Je suis sûr que je ne replongerai pas"- Toumany Coulibaly, à sa sortie de prison en décembre 2015

La sûreté départementale de l'Essonne, saisie dans cette affaire, avait monté un dispositif spécifique pour l'interpeller en flagrant délit. En effet, Toumany Coulibaly notait les changements d'emplacements des caméras de vidéosurveillance de la grande surface qu'il est soupçonné d'avoir déjà cambriolée il y a deux ans... Ses trois acolytes, qui étaient avec lui ce samedi, ont par contre réussi à prendre la fuite. Lors de sa sortie de prison, le sprinter, licencié à l'ES Montgeron (Essonne) et déjà condamné dans des affaires de vol, avait déclaré : "Avouer suffisait pas, j’ai balancé. C’est pour ça qu’aujourd’hui, c’est bien fini. Je suis sûr que je ne replongerai pas." (..) Mais j’ai déjà compris que le sport ne me sauverait pas tout seul de la délinquance (..) C’est à moi de me sauver." Il semblerait que le sauvetage ce ne soit pas encore pour cette fois.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent