Tour de France 2015 : Froome va "surveiller d'avantage" Quintana et Van Garderen

CYCLISME - A l'occasion de la première journée de repos lundi à Pau, le Maillot jaune s'est plié de bonne grâce à la traditionnelle conférence de presse. Et devant les journalistes, Christopher Froome n'a pas caché qu'il se méfiait de la concurrence alors que se profile mardi la première étape de montagne du Tour, dans les Pyrénées.

Chris, quel bilan tirez-vous des neuf premiers jours de course ?
Cette première semaine de course était sans doute la plus délicate de l'histoire récente du Tour pour tous ceux qui ambitionnent de remporter la Grande Boucle. POur moi, c'était une vraie préoccupation. J'ai repensé à mes malheurs de l'édition précédente (il avait abandonné sur chute lors de la 5e étape, ndlr). C'était encore bien présent dans mon esprit. L'objectif était donc de ne pas perdre trop de temps sur mes rivaux . Au final, c'est moi qui porte le maillot et qui possède de l'avance. C'est donc un scénario rêvé que je dois en grande partie à l'équipe. Mes équipiers m'ont porté sur les pavés et face au vent.

"Mardi, ce sera une étape clé"

Qu'attendez-vous de l'étape de mardi avec la première ascension et l'arrivée au sommet du col de Soudet ?
Ce sera une étape clé. Ce ne sera pas aussi difficile que les jours suivants, mais cela permettra déjà de jauger les capacités des uns et des autres. On va savoir qui a les capacités de lutter pour la victoire finale. Le facteur "fraîcheur" sera important dans les Alpes. Mais passons déjà les Pyrénées. J'aborde cette étape dans une position confortable : je n'ai de temps à rattraper sur personne. Je peux rouler devant en étant serein. Ce sont mes adversaires qui vont devoir dévoiler leurs cartes et mettre du mouvement.

Craignez-vous désormais plus Nairo Quintana que Vincenzo Nibali ?
C'est vrai que la plupart des observateurs s'attendaient à voir Vincenzo prendre du temps aux autres lors de la première semaine tandis que Nairo est davantage attendu dans la montagne. Vincenzo a concédé du temps. Donc oui, je m'attends à devoir surveiller davantage Nairo qui arrive sur son terrain préféré et qui a bien limité les pertes lors des premières étapes. Il ne peut plus se permettre de perdre du temps. Pour ceux qui concéderaient encore du temps, ce serait pénalisant pour leur moral et celui de leurs équipiers. Nairo ne sera pas le seul à tenir à l'œil chez Movistar. Il pourra compter sur le soutien d'Alejandro Valverde. L'Espagnol va peut-être dynamiter la course en attaquant d'assez loin. Wait and see...

Et Tejay Van Garderen (2e au général), c'est désormais un rival crédible ?
Oui, et ce n'est pas du tout une surprise pour moi qu'il soit aussi bien. Je l'ai affronté récemment, lors du Dauphiné, et il marchait déjà très fort. Ma marge n'est pas énorme sur lui. En ce moment, il représente la plus grande menace. Je ne possède que 12 secondes d'avance et il répondra présent dans la montagne. Je n'ai guère de doute là-dessus.

EN SAVOIR + >> Notre page spéciale Tour de France 2015

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le cap des 10.000 personnes hospitalisées se rapproche, 1749 patients en soins critiques

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.