Tour de France 2015 : "Quintana va attaquer Froome dans les Alpes", nous explique David Moncoutié

Tour de France 2015 : "Quintana va attaquer Froome dans les Alpes", nous explique David Moncoutié

CYCLISME - Alors que le peloton s'attaque aux Alpes, ce mercredi, metronews s'est entretenu avec l'ancien meilleur grimpeur du Tour d'Espagne (2008, 2009, 2010 et 2011). Pour les dernières étapes du Tour, David Moncoutié, désormais ambassadeur pour Vittel, s'attend à ce que Christopher Froome soit attaqué de toute part, et notamment par Nairo Quintana.

Pour vous le Tour est-il déjà plié ? 
Non, car il peut se passer encore plein de choses pendant les quatre étapes alpestres. Bien sûr, le scénario le plus probable reste celui de voir Chris Froome et la Sky gérer leur affaire jusqu'à Paris. Mais il ne fonctionne que si le Maillot jaune continue à être protégé comme il l'a été jusque-là par ses coéquipiers... A Mende, on a vu pourtant que Richie Porte était en difficulté et Geraint Thomas, après sa chute de lundi sur la route de Gap, pourrait être un peu moins bien. Sans ses lieutenants, si Froome était de nouveau attaqué dans les Alpes, il pourrait se retrouver esseulé et perdre du temps. 

Qui voyez-vous pouvoir mener la fronde ? 
Il y a des clients en face : Vincenzo Nibali, Alberto Contador ou bien sûr Nairo Quintana ont les moyens de l'attaquer. Jusqu'à vendredi, des alliances peuvent même se mettre en place, mais après ça sera plus compliqué. Car même si l'étape à la veille de l'arrivée sur les Champs-Elysées se joue à l'Alpe d'Huez, chaque coureur va vouloir conserver sa place sur le podium et personne n'aura plus intérêt à voir le Maillot jaune changer d'épaules. 

EN SAVOIR + >> Que font les coureurs pendant la journée de repos ?

"Quintana attend les Alpes pour tenter quelque-chose"

D'ici-là, pensez-vous que Quintana a les moyens de faire basculer le Tour ?
Il ne faut pas oublier que le Colombien est surtout un coureur de troisième semaine. C'est d'ailleurs comme ça qu'il a remporté le Giro l'an dernier. Quintana est arrivé frais sur les routes du Tour car il n'a pas énormément couru cette saison et a eu le temps de bien se préparer en Colombie. Dans les Alpes, il sera dans son élément. Car je pense qu'entre la fatigue de la première semaine de course très éprouvante et la démonstration d'entrée de Froome dans les Pyrénées, sa stratégie était d'attendre ces dernières étapes pour tenter quelque-chose. 

S'il n'y parvenait pas, ne craignez-vous pas que l'atmosphère de défiance autour de Froome devienne irrespirable pour lui ? 
C'est sûr que sa victoire à La-Pierre-Saint-Martin a marqué les esprits et en a agacé certains car on s'attendait à ce que la place de leader soit plus longtemps disputée. Mais moi, la performance de Froome ne m'a pas choqué. On sait depuis plusieurs années de quoi ce coureur est capable, surtout en montagne. Je dirais même qu'il me paraît presque moins fort qu'en 2013 (lorsqu'il avait remporté le Tour, ndlr) car on a vu lors du prologue à Utrecht qu'il pouvait se faire battre par un Thibault Pinot...

EN SAVOIR + >> Sky et Froome jouent la transparence

"En 2009, j'ai battu Froome et il était déjà très bon"

Reste tout de même ce soupçon de dopage ou de triche grâce à un vélo motorisé...
Oui et c'est le souci de notre sport depuis que l'on a vu des Maillots jaune nous jurer les yeux dans les yeux qu'ils n'étaient pas dopés, alors que quelques années après, on avait la confirmation qu'ils nous avaient menti. Pour Froome, il est dans une position très inconfortable car c'est très difficile de prouver son innocence lorsque tout le monde vous croit coupable. Mais si la Sky veut vraiment jouer la carte de la transparence, de la même façon qu'ils ont publié les données de leur leader, ils devraient aussi demander une expertise de leurs vélos pour mettre fin à toute cette histoire. 

Vous qui étiez dans le peloton entre 1997 et 2012, vous attendiez-vous à voir Froome à un tel niveau ?
Franchement non, mais c'est jamais évident de prévoir la carrière d'un coureur. Je me rappelle très bien de la première fois que j'ai entendu son nom : c'était en 2009, lors de ma victoire au Mont-Faron sur le Tour méditerranéen. A l'époque, Froome courait pour Barloworld et avait un de ses coéquipiers en tête que je voulais aller chercher. J'ai l'ai donc eu dans ma roue toute la montée, et même si je l'ai battu, Froome était déjà très bon à cette époque. Mais toujours avec son allure vraiment pas très jolie sur un vélo. Il a toujours énormément mouliné et je pense que ça aussi ça jette un peu le trouble. 

EN SAVOIR +
 >> Notre page spéciale TDF 2015

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

Les discothèques refermées 4 semaines : "complètement disproportionné", réagit le monde de la nuit

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Covid-19 : protocole renforcé à l'école, fermetures des discothèques... Le point sur les nouvelles mesures sanitaires

Covid-19 : pourquoi les enfants sont devenus le "moteur de l’épidémie" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.