Trophées, fan de jazz... : 3 choses à savoir sur Thomas Coville, vainqueur de la Transat Jacques-Vabre

DirectLCI
PORTRAIT – En compagnie de Jean-Luc Nélias, Thomas Coville a remporté ce lundi la Transat Jacques-Vabre en un temps record : sept jours, 22 heures et sept minutes. Voici trois choses à savoir sur le skipper français, qui multiplie les performances de choix ces dernières années.

L'homme de tous les records

Depuis maintenant plusieurs mois, Thomas Coville, 49 ans, enfile les records comme les perles. Après des années de tentatives infructueuses de tours du monde en solitaire, en 2007, 2009, 2014, le skipper parvient à briser la malédiction le 25 décembre 2016, après 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes en mer. En juillet dernier, c'est au tour du record de la traversée de l’Atlantique en solitaire de tomber. Le natif de Rennes boucle l'affaire en moins de 5 jours, en 4 jours 11 heures et 10 minutes, soit 16h de moins que le record précédent établi par Francis Joyon. Enfin, ce 13 novembre 2017, accompagné de Jean-Luc Nélias, Coville remporte la Transat Jacques-Vabre en un temps record à bord du maxi-trimaran Sodebo Ultim', franchissant la ligne d'arrivée à Salvador de Bahia, au Brésil, après sept jours, 22 heures et sept minutes, devançant d'une courte tête le duo Josse-Rouxel (Maxi Edmond de Rothschild). Autres records obtenus ces dernières années, celui de la Route de la Découverte en 2005 (10 jours, 11 heures, 50 minutes et 46 secondes), du tour des Îles Britanniques en 2006 (6 jours, 6 heures, 40 minutes et 31 secondes).

En vidéo

Thomas Coville bat le record du monde: l' explosion de joie de son équipe à Brest

Un mariage blanc en Australie

Dans un entretien à Libération, le skipper raconte avoir travaillé à l'étranger, plus précisément en Australie, après ses études. "J’ai fait Supélec, l’Ecole supérieure d’électricité, j’ai failli faire Polytechnique mais je suis parti travailler en Australie. J’étais chargé d’un audit pour Bolloré qui venait de racheter l’armateur Delmas-Vieljeux." Une expérience qu'il a adoré au point de forcer le destin pour rester en Océanie : "Bolloré voulait me faire revenir mais j’adorais le pays, alors j’ai fait un mariage blanc avec une fille croisée à Bondi Beach. On m’a dénoncé et j’ai été expulsé en France." Une mésaventure qui donnera l'opportunité à Coville de se consacrer totalement à la mer. Bien lui en a pris.

En vidéo

Thomas Coville est allé "au bout d'un rêve"

En vidéo

Le skipper Thomas Coville très ému après le survol en hélicoptère de la Marine Nationale

Une passion pour la musique et le jazz

Et si c’était ça le secret de la réussite de Thomas Coville ? Le skipper de Sodebo Ultim’ est un féru de musique, et notamment de jazz, qui lui permettent vraisemblablement d’être en phase avec son bateau. En novembre 2014, dans un portait brossé par le JDD, on apprenait aussi les liens d’amitié qu’il entretient avec l’acteur Jacques Gamblin, qui partage aussi cette passion pour la musique. A tel point qu’ils échangent avec un trompettiste de jazz, Alex Tassel. Ce dernier confiait à l’hebdomadaire : "On fait des brainstormings à trois sur la vie. Je trouve que Thomas est de plus en plus serein. Il me semble qu'il se sert du jazz, qu'il connaît très bien, pour apprendre à lâcher prise. Il cherche à dépasser la technique, cela donne une dimension artistique à sa navigation." Une dimension qui n'a probablement pas été étrangère dans sa quête de record autour du monde en solitaire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter