"Tu vas nous manquer pendant toute notre vie" : l'Argentine pleure Maradona

L'Argentine pleure la mort de son idole Maradona

ÉMOTION - La mort de la légende du football, Diego Maradona, laisse l'Argentine orpheline. Dans ce pays d'Amérique du Sud, celui qu'on appelait affectueusement le "Gamin en or" faisait office de véritable héros national.

"Gracias Diego", peut-on lire en lettres lumineuses sur les panneaux autoroutiers de Buenos Aires. En Argentine, la population est en deuil suite à l'annonce de la mort du footballeur Diego Armando Maradona. Dans les rues, la peine se lit sur les visages des supporteurs vêtus d'un maillot bleu et jaune, les couleurs de la Boca juniors, son club de cœur. Les Argentins sont sonnés par la disparition de la légende et le quotidien argentin Clarin, parle même d"un choc mondial".  

Toute l'info sur

Diego Maradona, la légende du football argentin, est mort

Diego Maradona, la légende du football, est mortDe Pelé à Lula, la planète salue "El Pibe de oro"

L'église maradonienne, formée de fidèles qui vénèrent le "dieu" Maradona, a appelé à un rassemblement à la mémoire de la star argentine à 18h heure locale au pied de l'Obélisque, en plein centre de Buenos Aires, traditionnel lieu de rendez-vous des célébrations sportives.

Boca annule son match contre Internacional

Les rassemblements ont essaimé dans la capitale en fin d'après-midi. Devant le gymnase La Plata, où le maître du ballon rond était encore entraîneur, quelques personnes se sont déplacées pour déposer des gerbes de fleurs devant le grillage. Au-dessus, on pouvait y voir flotter une immense banderole blanche où il était inscrit : "Marie a créé Jesus et Dona Tota (la mère de Maradona) a créé Dieu".

L'heure était aussi au recueillement devant le stade la Bombonera, dans le quartier de la Boca, où de nombreux supporteurs sont venus pleurer le "Gamin en or". Preuve de l'émotion suscitée par la mort d'"El Diez", un match prévu ce soir entre les deux clubs Internacional et Boca Juniors a été annulé  pour l'occasion.

D'autres supporteurs ont choisi de se réunir devant la maison où l'auteur de la "Main de Dieu" a rendu son dernier souffle, à Tigre, commune du nord de Buenos Aires. Des policiers gardaient la vaste entrée de la résidence face à des journalistes venus en masse. De nombreuses personnes sont venues assister au départ de la voiture de police scientifique à l'intérieur de laquelle se trouvait le corps de Maradona, en direction de la morgue. Sonc corps fera l'objet d'une autopsie dès ce soir. 

Pour ceux qui ne pouvaient pas se déplacer, il restait les réseaux sociaux où s'étalait la peine des Argentins. Beaucoup ont souligné qu'"il est mort le même jour que Fidel Castro", le dirigeant cubain, décédé le 25 novembre 2016. Les deux se vouaient une admiration mutuelle. 

Lire aussi

"Un Dieu errant, sale et pécheur"-

Au-delà de l'engouement populaire, c'est le pays tout entier qui rend hommage à Diego Maradona. Depuis la Casa Rosada, le chef d'État argentin, Alberto Fernandez, a lui aussi exprimé sa douleur. "Tu nous as emmenés sur le toit du monde. Tu nous as rendus immensément heureux. Tu as été le plus grand de tous. Merci d'avoir existé, Diego. Tu vas nous manquer pendant toute notre vie."  Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national après l'annonce de la mort du footballeur. 

Une veillée funèbre de la dépouille de l'idole du football argentin aura lieu à partir du jeudi 27 novembre et pendant trois jours au palais présidentiel.

Tous les Argentins semblent unanimes : ils ont perdu un être cher ce soir. Mais comment expliquer une telle passion pour ce génie controversé ? Malgré les excès en tous genres, Maradona reste pour plusieurs générations d'Argentins un emblème de leur identité. Maradona était "un Dieu errant, sale et pécheur. Le plus humain des dieux", a écrit un adorateur anonyme dont le texte est devenu viral.

La mort de Maradona dans un pays passionné de football aura un impact majeur sur l'humeur des Argentins, déjà durement éprouvés par la pandémie de coronavirus et la crise économique. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France dépasse le seuil des 70.000 morts

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

"Il va falloir encore tenir" : la réponse de Macron à Heidi, l'étudiante à bout qui l'a interpellé

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Royaume-Uni : des colis envoyés aux plus démunis provoquent l’indignation

Lire et commenter