Hongrie-France : chaleur étouffante, stade comble... les Bleus dans le chaudron de la Puskas Arena

Hongrie-France : chaleur étouffante, stade comble... les Bleus dans le chaudron de la Puskas Arena

SURVOLTÉ - Dans l'atmosphère bouillante et hostile de la Puskas Arena, qui sera pleine à craquer avec 60.000 sièges occupés, les Bleus vont défier la Hongrie, samedi 19 juin, chez elle, à Budapest. Les champions du monde s'attendent "à souffrir" dans ce contexte hors du temps.

Une marée rouge et une chaleur suffocante. Les Hongrois leur promettent l'enfer. Après avoir retrouvé la ferveur du public à l'Allianz Arena, garnie de 14.000 spectateurs pour leurs débuts réussis face à l'Allemagne (1-0), le thermostat va grimper de plusieurs degrés pour les Bleus. C'est à Budapest, capitale de la Hongrie, sa future adversaire, samedi 19 juin (à 15h, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI.fr), que l'équipe de France va poursuivre son tour d'Europe qui, espérons-le, s'achèvera à Wembley le 11 juillet. Là où les dix autres stades à travers l'Europe ont établi une jauge maximale, par précautions sanitaires contre le Covid-19, Budapest a fait bande à part, avec une enceinte remplie à 100% de sa capacité.

Sous les coups de 15h, à l'heure de la sieste, les joueurs de Didier Deschamps, plus habitués à fouler les pelouses à 21h, vont entrer dans la fournaise hongroise. Ce saut de puce à l'Est va s'accompagner d'un coup de chaleur, avec 33°C attendu (37°C en ressenti) au moment du coup d'envoi à la Puskas Arena. "Il fera chaud", s'est inquiété le défenseur Raphaël Varane en milieu de semaine. 

Toute l'info sur

Les Bleus éliminés de l'Euro

Une pause fraîcheur prévue par le protocole

"La chaleur entre en compte dans notre préparation", a expliqué le capitaine tricolore Hugo Lloris, ce vendredi 18 juin, à la veille de ce match caniculaire. "On va évoluer à des températures au-dessus de 30 degrés. C'est un élément important, même si quand on rentre sur le terrain, on est focalisés sur nos performances, avec l'envie de gagner, donc on fait abstraction de tout cela et du contexte." Que les Bleus se rassurent : le protocole de l'UEFA prévoit, qu'en cas de forte chaleur, une pause fraîcheur doit être respectée durant la rencontre. Une condition toutefois pour cela : le thermomètre doit dépasser les 32°C. 

Sous ce soleil de plomb, les champions du monde vont surtout redécouvrir l'adrénaline et les émotions que procurent un stade plein. "Ça fait longtemps qu'on n'a plus joué dans un stade avec autant de monde, il va falloir bien se préparer à ça. Moi, j'adore ça, je joue au foot pour ça, ça sera un super match avec une ambiance incroyable", a assuré le latéral gauche Lucas Hernandez, impatient d'évoluer devant 60.000 spectateurs (dont seulement 4000 fans tricolores). "À nous d'être prêt pour ne pas nous laisser déconcentrer par ce qui se passe en tribunes. On s'attend à souffrir, il va falloir aller au combat." 

Ce sera difficile de sauter les lignes, difficile de communiquer- Hugo Lloris, capitaine et gardien de l'équipe de France

Ce paramètre nouveau va aussi contraindre les Bleus à s'adapter. Finies les ambiances feutrées. À Budapest, il sera "plus compliqué de communiquer sur le terrain", a reconnu Hugo Lloris. "Ce sera difficile de sauter les lignes, difficile de communiquer avec un attaquant ou un milieu offensif. Les paramètres changent, mais on est très heureux de revenir aux bases et aux fondamentaux. On va vivre des émotions, on va les partager ensemble avec les supporters présents, ceux devant leur télé."

Lire aussi

Didier Deschamps, lui, se méfie de ce climat survolté. Nul doute, d'après lui, que ce sera un atout pour la Hongrie. Les descendants des "Magyars magiques" seront gonflés à bloc. "Évidemment que l'appui d'un stade plein et du public est un avantage important pour cette équipe. Ça les a bien aidés contre le Portugal, il ne faut pas oublier que jusqu'à la 80e minute, ils faisaient match nul", a mis en garde le sélectionneur tricolore. "C'est une équipe très combative, très généreuse et très organisée. Elle est chez elle, donc je m'attends au même répondant que celui dont ils ont fait preuve face aux Portugais."

Dans ce contexte, les coéquipiers de Cristiano Ronaldo étaient parvenus, à force d'insister, à faire sauter le verrou hongrois (3-0). L'ambiance avait, toutefois, marqué le sélectionneur lusitanien Fernando Santos. "C'était génial, fantastique, le foot sans supporters, je ne crois même pas avoir de mot pour le définir. Les joueurs de ce niveau aiment jouer pour le public. Je veux remercier les 4000 Portugais au stade, je les ai entendus. Et je veux remercier l'ensemble des 60.000 spectateurs." Nul doute que les Irrésistibles Français, le groupe de supporters qui suit partout les Bleus, voudront, eux aussi, donner de la voix. 

Suivez toute l'actualité de l'Euro et des Bleus sur notre live permanent.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés a plus que triplé en une semaine

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : que signifie concrètement le plan blanc, activé en Corse, Paca et Occitanie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.