Un joueur de football américain proteste ? Trump l'invite à "se chercher un autre pays"

SPORT
POLÉMIQUE - En soutien à la communauté noire aux Etats-Unis, Colin Kaepfernick a refusé de se lever pour l’hymne national pendant un match de football américain. Geste qui a provoqué la colère de Donald Trump.

Aux Etats-Unis, on ne badine pas avec les symboles de la nation. Et Colin Kaepfernick risque bien de l'apprendre à ses dépens. Avant le coup d'envoi d'une rencontre de NFL - la Ligue Professionnelle de Football Américain – entre San Francisco et les Green Bay Packers, le meneur de jeu des célèbres 49ers a décidé de rester assis tandis que retentissaient les notes de "La Bannière étoilée" dans le Levi's Stadium.  Un geste contestataire, le joueur souhaitant ainsi protester contre "l'oppression" de la communauté noire aux Etats-Unis. Alors que la tradition U.S.  veut que joueurs, entraîneurs et spectateurs se lèvent et se découvrent la tête pour entonner l'hymne, regard tourné vers le drapeau,  Il n’en fallait pas plus pour que la polémique prenne une dimension nationale.

"Qu’il se cherche un pays mieux adapté"Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle 2016 aux USA

Lire aussi

Candidat républicain à la présidentielle 2016, Donald Trump a évidemment eu vent de l’affaire. Et sa réaction fut à la hauteur de sa réputation. Qualifiant lundi d'"exécrable" la posture de Kaepernick, Trump lui a tout bonnement conseillé de se "chercher un pays mieux adapté". «Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d’un pays qui opprime les Noirs", s’est justifié le quarterback - dont le père biologique était noir mais qui a été adopté et élevé par un couple de Blancs – faisant explicitement référence  aux récentes bavures  policières ayant causé la mort brutale de Noirs non armés: "Il y a des cadavres dans les rues et des meurtriers qui s'en tirent avec leurs congés payés", a-t-il ajouté.

De son côté, La Maison Blanche s'est clairement démarquée du sportif, en lui reconnaissant toutefois le droit de proférer ses opinions, dans un pays où la liberté d’expression est protégée par le premier des amendements constitutionnels. Cependant, la posture du meneur des jeu des 49ers divise au pays de l’Oncle Sam. Si pour l’heure,  le joueur aux bras tatoués semble pouvoir compter sur le soutien de son club, des internautes se sont filmés en train de brûler le maillot d’un joueur  qui avait pourtant conduit San Francisco jusqu'au Super Bowl 2013 (défaite contre Baltimore 34-31). Et il risque bien d’y avoir d’autres autodafés de la tunique floquée du n°7 dans les prochains jours puisque Kaepfernick a promis de continuer à s'asseoir pour les prochains matches. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter