US Open : l'avenir du tennis français, c'est Lucas Pouille

SPORT

AVENIR – En éliminant Rafael Nadal en huitièmes de finale de l’US Open au terme d’un match rempli de maîtrise, Lucas Pouille a confirmé son potentiel déjà entrevu au cours de la saison. La précocité du tennisman français âgé de 22 ans est épatante.

Pour retrouver la trace d’une victoire d’un tennisman français contre Rafael Nadal en Grand Chelem, il fallait remonter à 2008 et une démonstration de Jo-Wilfried Tsonga  en demi-finale de l’Open d’Australie (6-2, 6-3, 6-2). Dimanche soir, Lucas Pouille a davantage bataillé. Il s’est démené durant cinq sets et plus de quatre heures de jeu pour finalement venir à bout du marathonien espagnol rôdé à ce genre de rencontres épiques et éreintantes. C’est dire la portée de l’exploit du tennisman originaire de Grande-Synthe dans le Nord.

2016, l'année de l'explosion

Ce succès de prestige, qui lui ouvre les portes des quarts de finale de l’US Open, s’inscrit dans la droite lignée d’une saison qui l’a vu se révéler et s’affirmer comme l’une des valeurs montantes du circuit ATP (25e au classement avant l'US Open) et surtout du tennis français. Car à 22 ans, Pouille s’est déjà affirmé comme le digne successeur de ses aînés trentenaires – Jo-Wilfried Tsonga (31 ans), Gaël Monfils (30 ans), Richard Gasquet (30 ans) –  qu’il côtoie depuis le mois de juillet en équipe de France de Coupe Davis dirigée par Yannick Noah avec qui il a collaboré en 2015. Une sélection qu’il n’avait pas volée et qu’il avait honorée avec brio en remportant son match face à Vesely quand quelques heures plus tôt Tsonga se prenait les pieds dans le tapis contre Rosol. Cette victoire posait alors les jalons de son irrésistible ascension débutée en janvier 2016.

Lire aussi

    Pouille s’installe à Dubaï et les effets de ce déménagement exotique dans des conditions climatiques parfois éprouvantes se font immédiatement ressentir au niveau de ses performances. En mars, il obtient sa première victoire sur un Top 10, David Ferrer, qu’il fera tomber une seconde fois à l’occasion du Masters 1000 de Rome où il atteindra le dernier carré. Malgré un léger passage à vide à Roland-Garros et une élimination précoce au second tour, le tennisman coaché par Emmanuel Planque se révèle sur le gazon de Wimbledon. 

    Alors qu’il n’avait pas encore gagné le moindre match de sa carrière sur cette surface, le joueur accède aux quarts de finale du Grand Chelem londonien, sans faire de bruit. Si Pouille n’est ni le plus talentueux, ni le plus doué des joueurs de sa génération, son émergence au plus haut niveau à son âge épate et détonne. Mercredi, face à Gaël Monfils, il disputera le deuxième quart de finale en Grand Chelem de sa carrière à seulement 22 ans et 6 mois. Seul Yannick Noah (22 ans, 0 mois) avait fait mieux.  Cela vous pose un homme.

    Lire et commenter