Vendée Globe : Charlie Dalin, premier à franchir la ligne d'arrivée d'"une course magique"

Vendée Globe : Charlie Dalin, premier à franchir la ligne d'arrivée d'"une course magique"
Vendée Globe 2020 : l’Everest des mers

RÉACTION - Charlie Dalin (Apivia) a été le premier à passer la ligne d'arrivée du Vendée Globe ce mercredi soir. Si la victoire lui a finalement échappé, le skipper français ne cachait pas sa fierté d'en avoir fini.

Une première place qui n'aura finalement pas suffi. Bien qu'ayant franchi la ligne d'arrivée le premier ce mercredi soir à 20h35 aux Sables-d'Olonne après 80 jours, 6 heures, 15 minutes et 47 secondes de mer, Charlie Dalin (Apivia) a vu la victoire lui échapper, après que deux de ses poursuivants bénéficiaient de compensations pour avoir participé au sauvetage de Kevin Escoffier.

Troisième à ce moment de la course, Boris Herrmann (SeaExplorer-Yacht Club de Monaco) disposait ainsi de six heures pour couper la ligne afin de devancer Dalin. Mais cette éventualité a fini par s'éloigner, l'Allemand ayant heurté un bateau à 160 km de l'arrivée. La victoire a finalement échu à un autre marin, le Français Yannick Bestaven (Maître coq IV), arrivé à 4h30, et qui est repassé devant ses concurrents grâce à la compensation de 10 heures et 15 minutes que lui a valu le sauvetage de Kevin Escoffier.

Toute l'info sur

Vendée Globe 2020 : l’Everest des mers

"Des émotions d'une force que j'avais jamais ressentie"

Pas de quoi empêcher Charlie Dalin de savourer, heureux de l'exploit réalisé. "Je pense que si on nous fournissait la liste de tout ce qu'on allait faire sur un Vendée Globe avant de partir, je pense qu'on n'irait pas", a réagi le Français depuis son bateau, auprès des organisateurs. "On irait, mais on se dirait c'est pas possible, je vais jamais réussir à surmonter tout ça, à faire tout ça, la liste est trop grosse mais en fait, comme ça vient étape par étape, au final, on y arrive, on arrive à faire l'impossible presque."

"C'est vraiment une course magique", a-t-il poursuivi. "C'est sûr qu'elle m'a changé, je sais pas de quelle manière encore (...) c'est tellement d'émotions, c'est des émotions incroyables, c'est des émotions d'une force que j'avais jamais ressentie avant."

Lire aussi

Interrogé sur le chamboulement possible du classement en raison des bonifications, le skipper d'Apivia s'était déjà montré pour le moins fair play. "C'est vraiment tout à fait normal que les coureurs qui se soient déroutés aient bénéficié de bonifications, après je suis pas sûr que les positions aient vraiment été modifiées. Il y a eu tellement de retour par derrière, de retournements de situations, je pense que la flotte aurait été à peu près au même endroit même sans qu'ils passent du temps pour récupérer Kevin, mais il y a aucun problème, ça fait partie du sport, ça fait partie de la solidarité entre marins." 

"On ne sait pas ce qu'il va se passer, ce qui est sûr c'est que pour l'instant j'ai franchi la ligne d'arrivée en tête et ça c'est génial, ça c'est top. Les 'line honours' comme disent les Anglais, les honneurs de la ligne, elles sont pour moi et puis après, le reste ce sera que du bonus en fonction de ce qui se passe."

Poscast : Clarisse Crémer, seule au milieu des océans

Écoutez cet épisode et abonnez-vous via votre plateforme d'écoute préférée :

- Sur APPLE PODCAST

- Sur DEEZER

- Sur SPOTIFY

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche, forte baisse sur sept jours

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

Valérie Pécresse juge inéluctables de nouvelles restrictions en Ile-de-France

Lire et commenter