Accident de Romain Grosjean : le monde de la F1 applaudit le "halo" de sécurité, autrefois décrié

Accident de Romain Grosjean : le monde de la F1 applaudit le "halo" de sécurité, autrefois décrié

FORMULE 1 - Depuis son lit d'hôpital, le pilote franco-suisse, victime d'un violent accident ce dimanche lors du GP de Bahreïn, a insisté sur le rôle de l'équipement de sécurité. Il faisait pourtant l'objet de nombreuses critiques quand il a été rendu obligatoire en 2018.

Souriant mais les mains bandées pour cause de brûlures, Romain Grosjean a pu donner, par le biais d'Instagram, des nouvelles rassurantes quelques heures après le choc qui a détruit son véhicule et failli lui coûter la vie, ce dimanche 29 novembre au cours du GP de F1 de Barheïn. Après avoir assuré aller "à peu près", le Franco-Suisse a rapidement eu un mot pour le halo, cet arceau fixé en face du volant et de chaque côté de la  tête du pilote qu'il doit protéger des chocs éventuels. 

"Je n'étais pas favorable au halo il y a quelques années, a-t-il reconnu, mais c'est la meilleure chose que nous ayons introduite en Formule 1. Je ne pourrais pas vous parler aujourd'hui sans cela." Quelques heures plus tôt, sa Haas avait quitté la piste peu après le départ de la course, après un contact avec le Russe Daniil Kvyat (AlphaTauri) à la sortie du virage 3. À une vitesse de 220 km/h, la voiture avait alors heurté les barrières de sécurité, coupant le chassis en deux et déclenchant un violent incendie. 

Une enquête doit être réalisée sur l'accident, mais le halo aurait alors eu un rôle en empêchant un choc à la tête lors de la collision. C'est précisément la mission attribuée au dispositif, rendu obligatoire en 2018 par la Fédération Internationale Automobile (FIA), dans la foulée d'une réflexion engendrée par le décès d'Henry Surtees, tué en 2009 par un pneu dans une course de F2, et ravivée par celui, six ans plus tard, de Justin Wilson en Indycar.

Un début controversé

Pourtant, son introduction avait fait l'objet de critiques, de la part de nombreux pilotes notamment. Parmi les arguments avancés : le risque d'une perte de la visibilité au volant, la dénaturation esthétique, mais aussi des questions sur le frein à l'extraction du pilote en cas d'incendie de la voiture. Ce dimanche, il n'a manifestement pas empêché Romain Grosjean de sortir seul de la "cellule de survie" de son véhicule en flammes. 

À l'issue de la course, de nombreuses réactions ont salué l'importance du dispositif. Pour Max Verstappen (NED/Red Bull), arrivé en seconde position et lui-même "pas un grand fan au début" du dispositif, "une chose est sûre, le halo a sauvé la vie" de Romain Grosjean. Le vainqueur, Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) a également reconnu "le travail incroyable réalisé par la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et la F1 pour la sécurité", et appelé à ne "pas s'arrêter là".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - Covid-19 : "On n'échappera pas à un reconfinement", estime l'épidémiologiste Renaud Piarroux

EN DIRECT - Vaccination, dépistage... Joe Biden va dévoiler sa feuille de route contre le Covid

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter