VIDÉO - Raymond Kopa, "le Napoléon du foot", en 5 chiffres

DirectLCI
LÉGENDE - Premier Ballon d'or français, Raymond Kopa est décédé ce vendredi matin à Angers à l'âge de 85 ans. Focus en chiffres sur l'ancien meneur de l'équipe de France, un pionnier qui a ouvert la voie à Zidane et Platini.

Le football vient de perdre l'une de ses étoiles. Décédé ce vendredi matin à l'âge de 85 ans, des suites d'une longue maladie, Raymond Kopa restera à tout jamais comme le symbole du grand Reims, triple vainqueur de la Coupe d'Europe avec le Real Madrid, Ballon d'Or 1958 et principal acteur de l'épopée des Bleus au Mondial la même année.


Souvent considéré comme "le premier footballeur moderne", Kopa - de son vrai nom Raymond Kopaszewski - l'ancien attaquant, reconverti en meneur de jeu, a été le premier Français de l'histoire à remporter la distinction suprême. Il a ensuite été imité par Michel Platini (1983, 1984 et 1985), Jean-Pierre Papin (1991) et Zinédine Zidane (1998). 

52 millions de francs, un transfert record à l'époque

Petit gabarit (1,68m, la même taille que Lionel Messi), il a rejoint le Real Madrid en 1956 contre la somme record pour l'époque de 52 millions de francs (un million d'euros aujourd'hui), quelques semaines avoir perdu la Coupe d'Europe face aux Espagnols. International à 45 reprises (18 buts), "Kopita" a vécu des hauts et des bas en équipe de France. 


Avec son ami Just Fontaine, meilleur buteur de la Coupe du monde 1958 (13 buts), il a porté les Bleus sur le podium. Cinq ans plus tard, en 1963, celui qui a cotôyé Di Stefano et Puskas est suspendu six mois aprtès avoir déclaré : "Les footballeurs sont des esclaves", rapport à l'omnipotence des dirigeants de l'époque qui avait la main sur la carrière d’un footballeur et qui pouvaient négocier un transfert sans même en avertir le principal intéressé. 


Finalement, de retour à Reims, il a raccroché en 1967 à 35 ans, après une nouvelle relégation du club. Mais en amoureux du football, il a poursuivi sa carrière jusqu'à ses 70 ans, à côté d'Angers, sa ville de coeur. Kopa, le foot, il avait ça dans le sang.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter