VIDÉO - Qui est Frank Ntilikina, le jeune basketteur français choisi cette nuit par les New York Knicks lors de la draft NBA ?

SPORT
DirectLCI
PRODIGE - Comme Parker, Batum, J.Noah ou Gobert avant lui, Frank Ntilikina effectue son entrée en NBA par la voie royale. Jeudi soir, le meneur de jeu de Strasbourg a en effet été choisi en 8eme position de la draft NBA par les mythiques New York Knicks. Il devient ainsi le Français le mieux drafté de l'histoire. Portrait de celui qui, à 18 ans, franchit les étapes plus vite que les autres.

Tony Parker et Joakim Noah, deux des plus illustres Français de la NBA, tiennent peut-être leur successeur. Comme prévu et comme envisagé, le jeune Frank Ntilikina a bien été choisi par une franchise NBA jeudi soir lors de la traditionnelle draft, cette grande cérémonie où les équipes de la NBA font leur marché parmi les meilleurs jeunes du monde entier. Sélectionné en 8eme position par les New York Knicks, le meneur de jeu strasbourgeois devient du même coup le joueur tricolore le mieux drafté de l'histoire devant Joakim Noah (9eme en 2007 par les Chicago Bulls), son futur coéquipier à NY.

"J'avais demandé à mon agent et à ma famille de ne rien me dire, a réagi le nouveau joyau du basket français, selon des propos rapportés par l'Agence France Presse. Je voulais vraiment vivre la Draft à fond. Ça fait pas mal de temps que je la regarde et je m'imaginais juste d'être à la place des futurs draftés. Et entendre le nom, l'apprendre quand on l'entend et pas juste un peu avant, ça me fait vraiment kiffer. C'est comme ça que je voulais l'apprendre. (...) Je ne me suis pas mis dans la tête à 100% que j'allais être pris par les Knicks. Je savais que mon nom était dans la discussion dans certaines autres équipes. Après, on s'y prépare, on sait qu'il peut se passer plein de choses dans la Draft, qu'on ne contrôle pas. Je voulais juste vivre le moment à fond avec ma famille, profiter, vivre mon rêve, qui devient réalité.  Ça fait du bien, ça me donne de la motivation."

Ma mère et mes frères passaient leur temps à bosser.Frank Ntilikina

Alors que le meilleur Français de l'histoire, Tony Parker fut, lui, choisi en 28eme position par les Spurs ou encore que Nicolas Batum avait hérité du n°25 de la part de Portland lors de leur draft respective, Frank Ntilikina effectue donc une entrée fracassante dans la plus grande ligue du monde. "Les New York Knicks, l'histoire que l'équipe a, c'est vraiment incroyable, s'enthousiasme Ntilikina, présent aux Etats-Unis jeudi soir et de retour dès vendredi en France, à Chalon, pour disputer le match 5 décisif de la finale du Championnat de France avec Strasbourg. C'est l'une des franchises les plus connues de la NBA. Maintenant, le vivre sous l'aspect médiatique, c'est assez impressionnant, mais ça fait partie du job. Le plus important, ce sera de rester concentré sur le terrain."


Annoncé dans le Top 10 depuis plusieurs semaines, voire parfois dans le Top 5, c’est à la fois son profil très recherché de grand meneur d’1m96, capable de défendre sur plusieurs positions différentes, et son étonnante maturité qui lui ont donné un avantage certain sur ses concurrents, notamment américains.

Débuts à 16 ans !

Quand ces derniers se faisaient la main face à des équipes universitaires, le Français a, lui, déjà goûté aux joies et aux exigeances du professionnalisme, c'est-à-dire à des matches contre des adultes dans la fleur de l’âge, bien plus puissants que lui physiquement. Voilà maintenant deux ans, depuis avril 2015 (il avait 16 ans), que Frank Ntilikina évolue en Pro A. 


Aujourd’hui, son influence est telle que les performances de son équipe dépendent cruellement de son rendement individuel. "On avait plein de joueurs blessés. Vincent (Collet, son entraîneur, ndlr) avait besoin de quelqu’un. Je me souviens qu’on jouait Boulogne-sur-Mer. Le gars est entré sur le terrain comme s’il était avec nous depuis toujours. Honnêtement, c’était impressionnant", rembobinait il y a quelques jours  son coéquipier Paul Lacombe sur SFR Sports.

Sa vidéo officielle de présentation pour la Draft

Il faut dire que le jeune homme fait plus que son âge, bien au-delà de son gabarit ou de son jeu. Sa mère a élevé seule ses trois garçons, et Frank Ntilikina n’a eu d’autre choix que de marcher sur les traces de ses grands frères, qui ont tout fait pour l’aider. L’un est devenu chirurgien. L’autre a ouvert son cabinet de kinésithérapeute. Et lui s’apprête donc à jouer en NBA. "Ma famille m’a donné toutes ces valeurs. Ma mère et mes frères passaient leur temps à bosser. Elle a fait pas mal de sacrifices pour nous mettre dans de bonnes conditions. Donc forcément, j’ai grandi en voyant ça. J’ai naturellement pris goût au travail et ce que ça apporte en récompense", dit celui qui, dès ses 12 ans, visionnait des discours consacrés à la réussite. Les New York Knicks, une équipe en difficulté depuis plusieurs saisons malgré la présence de Joakim Noah, sont déjà prêts à l’accueillir pour partager cette réussite. L’Amérique, il voulait l’avoir, il l'a.

Sur le même sujet

Lire et commenter